La mort de Jean-Baptiste Lully

J’aime ce compositeur qui a travaillé avec Molière notamment. Mais on ne peut pas dire que sa mort soit glorieuse… Jugez plutôt : Le 8 janvier 1687, en répétant avec les 150 musiciens son « Te Deum » qui devait être donné en l’honneur de Louis XIV, il se fâche et tape avec son bâton de direction… sur son pied (un truc digne d’un film de Louis de Funès). Il est blessé et la gangrène s’installe. Il mourra deux mois plus tard.

Le livre sans verbe

Saviez-vous que cela existait ? L’auteur est Michel Thaler. Son titre : Le train de nulle part. Incroyable, surtout lorsque l’on pense qu’il contient 233 pages ! Et moi qui râle dès que je trouve une phrase nominale ! 😆

Un petit extrait :

« Quelle aubaine ! Une place de libre, ou presque, dans ce compartiment. Une escale provisoire, pourquoi pas ! Donc, ma nouvelle adresse dans ce train de nulle part : voiture 12, 3e compartiment dans le sens de la marche. Encore une fois, pourquoi pas ? – Bonjour Messieurs Dames. Un segment du voyage avec vous ! Ou peut-être pas ! Tout comme la totalité de l’itinéraire, du moins le mien ! »

François Le Métel de Bois-Robert, gourmand insatiable…

Source image

Poète et dramaturge français (1589-1662), François Le Métel de Bois-Robert (orthographié également Boisrobert) adorait la nourriture. Ainsi, le livre Anecdotes Littéraires, ou Histoire de ce qui est arrivé de plus singulier et de plus intéressant aux Ecrivains François depuis le renouvellement des Lettres sous François Ier jusqu’à nos jours, nous donne deux anecdotes à ce sujet :

La première :

Le plaisir de la table était un vrai plaisir pour Bois-Robert, et il pensait souvent aux bons repas. Un jour, qu’occupé apparemment de pensées semblables, il passait dans la rue St. Anastase près d’un homme blessé à mort, il s’entendit appeler pour le confesser ; il s’approcha, et pour toute exhortation, il lui dit : Mon camarade pensez à Dieu, dites votre Bénédicité, puis s’en alla.

La deuxième :

Bois-Robert mangeait quelquefois chez M. le Cardinal de Retz qui tenait table ouverte. Un jour, pour y avoir une place commode, il se tint en bas et, à mesure qu’il voyait arriver quelqu’un pour dîner, il disait : « et seize »,  voulant faire connaître par là qu’il y avait quinze personnes, et que celui qui arrivait était le seizième. Ce fut de cette manière qu’il éloigna tous ceux qui se présentèrent. Le Cardinal, venant pour se mettre à table, fut fort étonné de voir si peu de convives. Alors Bois-Robert lui raconta de quelle manière il s’y était pris pour les chasser afin d’y avoir place. Et la chose passa en plaisanterie.

La mort de l’Abbé Prévost

Qui ne connaît pas Manon Lescaut ? Mais savez-vous de quelle façon est mort son auteur ? Figurez-vous que le 25 novembre 1763, le chirurgien du monastère des bénédictins de Saint-Nicolas-d’Acy est réveillé en catastrophe. Un homme est mort. Maugréant, il se lève et se rend au chevet du défunt. Il le reconnaît : c’est Antoine François Prévost, dit d’Exiles, plus connu sous le nom de l’Abbé Prévost. Celui-ci s’était rendu en visite au monastère et, alors qu’il s’en retournait chez lui, s’était écroulé, au pied d’une croix. Des villageois l’avaient alors ramené au presbytère de l’église de Courteuil. Le curé le reconnu, fit appeler le bailli du monastère de Saint-Nicolas-d’Acy. Le chirurgien décida alors d’ouvrir le corps pour connaître la cause exacte du décès. Mais le mort ne l’était pas… Il le fut après le coup de bistouri ! 

Un article intéressant ici.

Incendie chez Guillaume Budé

Cette anecdote est tirée du livre :

Anecdotes Littéraires, ou Histoire de ce qui est arrivé de plus singulier et de plus intéressant aux Ecrivains François depuis le renouvellement des Lettres sous François Ier jusqu’à nos jours. (Tome 1)

Un jour, un domestique, effrayé, vint prévenir Budé (26/01/1468 – 22/08/1540), qui se trouvait en train d’écrire dans son cabinet, qu’il y avait le feu à la maison. Celui-ci lui répondit froidement : « Avertissez donc ma femme, vous savez que je ne me mêle point du ménage ».

Comme quoi, on peut être un grand juriste, un humaniste avéré, et ne pas avoir le sens des réalités !