Sancerre (Cher)

Sancerre est bien connue pour ses vins mais ce n’est pas ici ce qui m’intéresse. C’est plutôt, vous le savez si vous me suivez, le côté historique. On en trouve quelques traces.

La tour du Chancelier de Giac

Pierre II de Giac avait été nommé par Charles VII maître des finances en 1424. Il tomba fou amoureux de Catherine de L’Isle Bouchard qui, apparemment, faisait tourner bien des têtes. Il l’épousa en secondes noces (sa première femme était Jeanne de Naillac) fin 1425. Catherine en était à son troisième mariage. Pierre mourut en 1427. La légende dit que Catherine y serait pour quelque chose, d’autant plus qu’elle épousera par la suite son amant, Georges de la Trémoille. Ceci dit, lorsqu’on sait que Pierre avait organisé la mort de sa première femme pour pouvoir épouser Catherine, on n’a pas de complaisance pour ce dernier non plus…

La maison de Jacques Coeur II

Il s’agit d’une des maisons de Jacques Coeur qui en avait un peu partout. Celle-ci lui fut confisquée lorsqu’il est tombé en disgrâce puis rendue à son fils, Geoffrey, en 1463. C’est la plus ancienne maison de la ville. Jacques Coeur avait son magasin d’étoffes juste derrière (2ème photo).

Le logis du Seigneur d’Herry : celui-ci ayant dû vendre sa demeure au comte de Sancerre, il fit bâtir ce logis, à la fin du XVe siècle sur les bases d’une maison datant du XIIe. Le logis, restauré grâce aux vignerons, est appelé désormais « Maison des Sancerre ».

La tour des fiefs : dernier vestige du château féodal qui détenait six tours au XIVe siècle.

Retour en 2020 ! Ces parapluies colorés marquent non seulement de leurs jolies couleurs les rues piétonnes mais ils ont été également bien utiles avec le soleil de plomb que nous avions.

© L.B

Saint-Fargeau (Yonne)

Le château de Saint-Fargeau était bien connu de Jean d’Ormesson puisqu’il y avait passé son enfance.

La ville détient un beffroi. La tour de l’horloge marque une des anciennes portes de la ville.

Le ru du Bourdon traverse le centre-ville

© L.B

Donzy (Nièvre)

Cette petite ville cache en son sein quelque chose d’atypique. Regardez l’inscription sur l’église !

Cette inscription date du XIXe siècle, de 1881 exactement. Elle est la conséquence d’une querelle de clocher entre le maire et le curé… Tout ceci me fait penser à Peppone et Don Camillo ! On trouve même le drapeau tricolore sur le clocher.

L’église saint-Carad’heuc (ou Caradeuc) possède une chaire avec un escalier à double circonvolution qui a été présentée à l’exposition universelle de Paris en 1878.

Une sculpture que je trouve magnifique

Statue de saint-Carad’heuc en pierre de Donzy (artiste : Katia Dreghi)

Sortons de l’église et baladons-nous dans le village où de superbes maisons bourguignonnes nous attendent.

 © L.B

La Charité-sur-Loire (Nièvre)

Cette petite ville s’appelait, en l’an 700, Seyr. Une église fut fondée en l’honneur de la Vierge par un sous-diacre ainsi qu’un monastère suivant la règle de saint-Basile. Les moines faisaient preuve de compassion envers les pauvres de passage, d’où le nom qui lui fut donné plus tard, de Charité-sur-Loire. Au XIe siècle, la petite bourgade se développe autour d’un prieuré et de deux églises, le tout étant protégé par des remparts. Et c’est encore impressionnant aujourd’hui !

Les remparts

Et pour finir, quelques boutiques qui pourraient faire le décor d’un film…

© L.B

La butte de Montenoison (Nièvre)

Non, il n’y a pas de contrepèterie dans le titre ! 😂 Sur cette butte, Mahaut de Courtenay, comtesse de Nevers, avait fait reconstruire le château des seigneurs de Montenoison au XIIe siècle. Le premier château daterait du siècle antérieur.

Cependant, cette butte est bien plus ancienne puisqu’on sait qu’elle était habitée dès le néolithique. Voici quelques photos de ce qu’il reste du château (notamment la croisée d’ogives).

L’allée menant à l’église

Cette église daterait de 1130. Elle a été restaurée en 1682 puis en 1835. Le clocher date du XVIe siècle mais il a été refait en 1943.

Sentier menant au Calvaire

La vue sur la vallée

© L.B