Sur les traces de Jean-Pierre Françon – Olivier Faure

Quatrième de couverture :

S’inscrivant dans la droite ligne d’illustres précurseurs de la microhistoire tels qu’Alain Corbin et Giovanni Levi, Olivier Faure réussit le tour de force de tracer l’étonnant parcours d’un inconnu, modeste officier de santé dans la région de Tarare (non loin de Lyon) au début du XIXe siècle. Issu d’un milieu modeste du Jura et sans culture, Jean-Pierre Françon, épicier et dentiste ambulant, n’avait en effet rien pour réussir. Néanmoins, marié à la fille d’une puissante famille, il se mit à pratiquer avec succès la médecine sans l’avoir étudiée. Condamné pour exercice illégal, il obtint un diplôme par des manoeuvres dilatoires et reçut même une autorisation ministérielle pour exercer dans les Monts de Tarare où son diplôme n’était pas valable. Bien que critiqué par les docteurs du lieu, il sut séduire une clientèle nombreuse et fidèle qui lui permit d’atteindre les frontières de la richesse (20 000 francs à sa mort précoce, à 51 ans) et de la notabilité (il fut deux fois conseiller municipal et chirurgien de la Garde nationale). 

Plus qu’un simple récit factuel, cet ouvrage qui se lit comme un roman du XIXe siècle nous fait rentrer dans les arcanes d’un parcours à la fois banal et exceptionnel.

Mon avis :

J’avais coché ce livre lors de l’opération Masse Critique sur Babelio (dont je remercie l’équipe) parce que la médecine m’a toujours intéressée. De plus, les dernières phrases de la quatrième de couverture m’avaient convaincue. J’apprécie particulièrement les livres d’étude se lisant comme des romans.

Je suis entrée ainsi peu à peu dans la vie de cet officier de santé hors du commun qui exerçait sans avoir de diplômes. Etait-il un escroc ? Chacun se fera son idée mais en tous les cas, on peut dire qu’il était rusé et devait avoir un certain charisme pour oser se présenter devant un maire, arguer qu’il était dentiste, qu’il avait oublié sa patente afin d’obtenir un certificat pour exercer la chirurgie. Je ne suis pas certaine que les patients aient apprécié… d’autant plus que le texte précise que : « Dénué de formation officielle, peut-être marqué par son expérience de dentiste qui l’amenait à agir vite, Françon n’hésitait pas à employer des moyens sanglants et à pratiquer une médecine héroïque loin de la médecine expectante plutôt en vogue dans les milieux académiques ». (P55) Charmant, non ? Et personne n’a porté plainte ? me demanderez-vous. Vous imaginez bien qu’un homme aussi stratège avait tout prévu !

J’ai vraiment aimé ce livre car on entre par la petite porte dans l’intimité d’un homme qui n’a pas forcément marqué la conscience collective mais qui nous permet de nous immiscer dans un contexte historique et sociétal que l’on ne connait pas forcément.

La petite garce dans la prairie – Alison Arngrim

Non, vous ne rêvez pas ! Il s’agit bien de celle qui jouait le rôle de Nellie Oleson dans ce feuilleton que nous avons tous suivi (osez me dire le contraire !!!), où nous avons tous pleuré (mouais, bon, peut-être pas tous) et rigolé aux frasques de Mme Oleson et de sa fille (mes préférées)… J’ai nommé : La petite maison dans la prairie !

Alison Arngrim revient ici d’abord sur son enfance (ce qui est bien logique puisqu’il s’agit d’une autobiographie)… Une enfance loin d’être dorée puisqu’elle a dû être confrontée non seulement à des parents complètement frappadingues mais encore à un frère, enfant-roi, perpétuellement sous l’emprise de substances qui lui fera subir les pires choses. Heureusement, elle fut prise pour jouer ce feuilleton qui ne devait contenir que quelques épisodes au départ et c’est sa tante, Marion, qu’elle adorait, qui s’occupera d’elle pendant le tournage… Un tournage d’ailleurs loin d’être hollywoodien puisque l’on apprend que les acteurs devaient se trouver sur les lieux à quatre heures du matin ! Bref, je n’en dévoile pas plus car ce serait briser le charme. Les anecdotes sur les différents épisodes sont savoureux et l’on sourit vraiment car le ton est incisif, ironique. L’auteur n’y va pas par quatre chemins et c’est justement ce qui en fait tout le sel.

J’ai dévoré ce bouquin et mon seul regret fut de l’avoir fini ! Mais toute bonne chose a une fin.

 

Extrait : 

Nous venions enfin de terminer de m’emprisonner dans cette superbe camisole de force que sont les atours du XIXe siècle quand quelqu’un frappa à la porte. Elle s’ouvrit sur une minuscule petite fille à taches de rousseur, avec des nattes et possédant la plus grande rangée de dents de devant que j’avais vue de ma vie. C’était Melissa Gilbert. Elle avait environ 9 ans. J’avais à peine 12 ans et j’étais petite pour mon âge mais celle fille-là aurait pu rentrer dans mon porte-monnaie – et aurait réussi à le ronger pour en sortir.

Elle rentra, se présenta et commença à nous expliquer tout un tas de choses : qui était qui, qui faisait quoi et comment tout cela fonctionnait. Elle nous renseignait avec une assurance impressionnante sur la manière dont les choses se passaient par ici. Nous l’écoutions, bouche bée, complètement absorbées par son discours. Elle nous délivra enfin un avertissement de la plus grande gravité. Sa voix avait l’intensité d’un Edward G. Robinson qui aurait avalé Shirley Temple : « Et surtout, attention à cette Melissa Sue Anderson. Elle est très dangereuse. »

Les enfants Mozart

 

Mozart et Constanze se marièrent le 4 août 1782. Dix mois plus tard, le 17 juin 1783, Raimund Leopold vit le jour. Malheureusement, de constitution fragile, l’enfant décéda le 19 août de la même année. Le 21 septembre 1784, naquit le petit Karl Thomas, premier fils du couple qui survivra. Puis vint, le 18 octobre 1786, Johann Thomas Leopold, qui ne vivra qu’un mois (décédé le 15 novembre). La première fille, Theresia Constanzia Adelheid Anna Maria Friedricke, n’eut pas plus de chance. Née le 27 décembre 1787, elle mourut le 29 juin 1788. Le cinquième enfant du couple, une fille également, prénommée Anna Maria, mourut à sa naissance, le 16 novembre 1789. Enfin, le dernier garçon, Franz Xaver Wolfgang, vit le jour le 26 juillet 1791. Tout comme son frère ainé, il survivra.

 

Franz et Karl Mozart
Franz et Karl peints par Hans Hansen en 1798

 

L’aîné des deux frères, Karl, écrira en 1856 : « Par une décision souveraine de ma mère, il fut arrêté que ce ne serait pas moi, mais mon frère, âgé de deux ans à peine, qui deviendrait musicien ; je n’en fus pas satisfait à l’époque, mais par la suite, après mûre réflexion, j’en fus très content, m’étant persuadé que les fils d’un père qui s’est illustré ne doivent jamais courir la même carrière, car, même en possession de plus grands talents que ceux que je reconnais en moi, ils ne peuvent jamais répondre aux exigences placées en eux. Cette conviction qui s’était malheureusement aussi enracinée chez mon frère aujourd’hui décédé, l’avait indisposé, rendu méfiant de son propre talent qui n’était vraiment pas ordinaire, empoisonné, et à peut-être même abrégé sa vie. »

Le ton est donné. Il est en effet difficile d’être le rejeton du petit génie. Karl s’installa à Milan en 1805. Il apprit la musique, de 1806 à 1810, avec Bonifazio Asioli, grand compositeur et directeur des études au conservatoire. Karl lui avait été recommandé par Haydn. Il rentra ensuite au service d’Eugène de Beauharnais, vice-roi d’Italie. Il mourut le 31 octobre 1858. Il n’eut pas d’enfant.

 

Karl Mozart
Karl Thomas Mozart, Daguerréotype de 1856.

 

Franz Xaver ne connut pratiquement pas son père. Il n’avait que 4 mois 1/2 lorsque celui-ci décéda. L’anecdote veut que Mozart ait entendu son fils pleurer et reproduire un son identique à celui qu’il venait de faire au piano. Celui-ci se serait alors exclamé : « C’est bien un Mozart ! »

Et voilà bien ce qui explique ce que dit Karl. Constanze aurait alors décidé, à partir de là, que Franz serait le digne héritier de Wolfgang. Il reçut alors une éducation musicale avec des professeurs de renom : Antonio Salieri et Johann Nepomuk Hummel.

Franz devint un compositeur de talent, chef d’orchestre, pianiste. il signa souvent ses compositions du nom de Wolfgang Mozart. Tout comme son frère, il resta célibataire et n’eut aucun enfant. Il s’éteignit le 29 juillet 1844.

 

Wolfgang junior
Franz Xaver Wolfgang (dit Wolfgang Junior) peint par Karl Gottlieb Schweikart en 1825.

Constanze Weber Mozart, sa femme.

Constanze Weber Mozart

Source

Née le 5 janvier 1762, Constanze Weber est la troisième fille (sur quatre) de Fridolin et Caecilia. Cette famille de musiciens n’était pas sans rapport avec le grand Carl Maria Von Weber puisqu’il n’était autre que leur cousin germain.  La famille se situe sur le même plan social que celle des Mozart.

Wolfgang fera d’abord la connaissance de la deuxième fille, Alysia (ou Aloysia) lors d’une tournée à Mannheim, en 1777. C’était là où habitait la famille Weber à l’époque. Il veut l’épouser. Mais Léopold, son père, refuse cette union de peur que son génie de fils abandonne la musique. On connaît la suite : Mozart part à Munich et Alysia ne l’attendra pas. Elle épousera entre-temps (1780) Joseph Lange, acteur et peintre. La famille Weber déménage à Vienne à la mort du père. Caecilia a encore trois filles célibataires à nourrir. Pour s’en sortir, elle prend des pensionnaires. Le destin fera que Wolfgang, lors d’un passage à Vienne, séjournera à la pension. Il fait alors la connaissance de Constanze. Ils se marient le 4 août 1782. Cette fois, le petit génie n’attendra pas la bénédiction paternelle. Leurs dix années de vie commune verront naître six enfants. Seuls deux survivront, Karl Thomas et Franz Xaver.

Constanze a souvent été critiquée. On la décrit de santé fragile, souvent alitée. Il semblerait qu’elle souffrait d’ulcères variqueux. Sur le plan financier, on l’accusa de frivolités. Le couple menait grand train sans en avoir les moyens. Mozart n’aura connu que la ruine. Sa sœur dira, en 1793, dans des notes : « Hormis en musique, il fut et demeura presque toujours un enfant, et cela est le trait principal de son caractère, du côté de l’ombre. Il aurait toujours eu besoin d’un père, d’une mère ou d’un mentor. Il était incapable de compter avec l’argent, il épousa contre la volonté de son père, une jeune fille qui ne lui convenait pas ; ce fut la cause d’un grand désordre domestique au moment de sa mort et après. »

Constanze fut donc veuve à 29 ans, avec deux enfants en bas-âge. Elle réussit à toucher une pension. Elle fit la promotion des œuvres de son époux et, peu à peu, se constitua une petite fortune. Elle se remaria à l’âge de 47 ans, en 1809, avec un danois, Georg Nikolaus von Nissen. Celui-ci mourut en 1826. Elle fut rejointe par ses sœurs, notamment Alysia, qui vécut avec elle jusqu’à sa mort. Elle s’occupa également de la sœur de Wolfgang, Nannerl, devenue aveugle.

 

Maria Anna Mozart, la sœur

Maria Anna Mozart

Source

 

Maria Anna Walburga Ignatia Mozart est née à Salzbourg, le 30 juillet 1751. Elle était surnommée Nannerl ou Marianne. Quatrième enfant de la famille, elle montra des talents musicaux précoces, notamment pour le clavecin. Elle accompagna son père et son frère lors des premières tournées. Tout comme Wolfgang, elle était capable de reproduire automatiquement, sur son clavecin, un air qu’elle venait d’entendre.

 

Maria Anna Mozart, dite Nannerl
Pietro Antonio Lorenzoni , Maria Anna Mozart, huile sur toile, Mozarteum, Salzbourg. Âgée de 11 ans, Nannerl porterait sur cette peinture les vêtements offerts par l’impératrice à l’occasion de sa venue à Vienne avec son frère.

 

Lors d’un concert ayant obtenu un succès phénoménal, Wolfgang annonce qu’un des morceaux qu’il vient de jouer a été écrit par sa sœur. Léopold enrage. À cette époque, aucune femme ne peut devenir un grand compositeur. Il lui demande donc de mettre un terme à l’écriture musicale. Par la suite, Léopold se concentre sur son génie de fils. Il refuse à sa fille les études de violon qu’elle lui réclame. Il lui annonce même qu’elle devra désormais rester à la maison lorsqu’il prendra Wolfgang en tournée. Il l’oblige à donner des leçons de piano aux étudiants riches pour financer la tournée italienne de son frère. La pauvre fille se conforme aux désirs de son père mais elle sombre dans une profonde dépression. Ses rêves sont brisés.

Victoria, une des étudiantes à qui elle donne des cours, devient sa petite protégée. Elle sort Maria Anna de sa mélancolie grâce à son talent musical. Et lorsque le père de cette dernière va s’intéresser à ce professeur si doué, Nannerl retrouve complètement la joie de vivre. Elle va peut-être enfin pouvoir toucher du bout des doigts à ses rêves. Ses rapports avec son frère se dégradent quelque peu : Léopold fait trop de différences entre son fils et sa fille. Elle enrage également contre cette société qui empêche aux femmes de vivre de leur art musical.

Nannerl grandit et le désir de se marier est là. Ses fiancés sont déboutés un par un par Léopold. Finalement, en 1784, elle épousera un juge d’instruction, Johann Baptist Franz von Berchtold zu Sonnenburg, et déménagera à St. Gilgen. Elle retournera à Salzbourg pour donner naissance à son premier enfant…. qu’elle laissera, selon les dires, aux soins de Léopold.

Elle ne se remettra à correspondre avec Wolfgang qu’après la mort de leur père. A la mort de son frère, elle met un point d’honneur à rassembler les œuvres de ce dernier et à ériger des monuments en son honneur. Elle retournera définitivement à Salzbourg à la mort de son époux. Elle vivra de ses leçons de piano.

Maria Anna s’éteindra le 29 octobre 1829 à l’âge de 78 ans.