Clamecy (Nièvre)

On continue notre balade par une petite ville très sympa, Clamecy qui a vu passer des personnalités importantes comme Jean de Bourgogne (fils de Philippe de Bourgogne et de Bonne d’Artois), Denise et Maurice Le Blond (respectivement fille et gendre de Zola), Romain Rolland ou encore le navigateur Alain Colas… La liste est longue comme le bras.

On appréciera les traces du passé…

L’ancienne collégiale Saint-Martin

Les Halles, construites sous Napoléon III, se trouvent certainement à l’emplacement de l’ancien château.

Au bord de l’eau…

Les anciennes boutiques… de vrais décors de cinéma

© L.B

Dampierre-sous-Bouhy (Nièvre)

Je vous emmène au gré de mes balades estivales. Allons d’abord dans le village dans lequel nous avions loué une maison pour la semaine, Dampierre-sous-Bouhy. Celui-ci est composé du bourg et de hameaux tout autour. Nous étions aux Fouchers, non loin d’un petit étang. Le dépaysement total.

Notre location

Le petit étang derrière.

Les chevaux du centre équestre non loin.

J’aime beaucoup cette vieille charrette servant de publicité pour le centre équestre.

L’église Saint-Firmin de Dampierre-sous-Bouhy. Elle fut érigée au XVIe siècle.

Aux environs, la chapelle Sainte-Anne de Bouhy et le moulin.

Concernant la chapelle : Nous n’avons pas de date précise pour sa construction. L’histoire dit que l’évêque missionnaire Saint-Pèlerin aurait été envoyé par le pape Sixte II, en 258, pour évangéliser le centre de la Gaule. Il dut fuir les païens, hostiles, et vint se cacher à Bouhy. Il aurait été fait prisonnier par des soldats romains, emprisonné à l’endroit où fut édifiée la chapelle, puis décapité le 16 mai 259. Il serait enterré à cet emplacement. La chapelle pourrait être celle du château des seigneurs de Bouhy qui existait au XIVe et fut détruit dans son intégralité au XVe siècle lors des affrontements entre les Armagnacs et les Bourguignons. Elle fut rénovée en 1648.

Le moulin Blot, autrefois appelé moulin Neuf, daterait de la première moitié du XIXe siècle. Il a servi jusqu’au XXe puis fut laissé à l’abandon. Un gros travail de restauration a été entrepris pour le remettre dans le bel état que l’on peut admirer.

© L.B

Tonnerre, la crypte sainte-Catherine et l’église saint-Pierre

Finissons notre tour de Tonnerre par un tour de la ville, la crypte et l’église sainte-Catherine.

Les maisons à colombages…

Les petites ruelles fleuries…

Les anciennes boutiques…

Les publicités peintes sur les murs…

La crypte sainte-Catherine se trouve sous cette place. Je vous laisse cliquer sur ce lien pour découvrir son histoire.

Les marques de l’Histoire… Ici, une maison ayant servi d’abri pendant la guerre

On voit encore le numéro de l’abri.

Une pompe du XIXe siècle…

L’église saint-Pierre. Pour l’histoire de cette dernière, cliquez ici.

On finit avec quelque chose de plus insolite… Un ours à côté de l’église…

Tonnerre et la fosse Dionne

Allez, aujourd’hui, je vous présente Tonnerre, petite ville bien sympathique d’un peu plus de 4700 habitants si j’en crois mon ami Google. Tonnerre recèle un petit trésor : la fosse Dionne. Si vous regardez mes photos, vous allez vous dire que ce n’est qu’un bassin. Effectivement, au XVIIIe siècle, Louis d’Eon (le père du Chevalier) y avait fait construire, tout autour, un lavoir. Mais si vous regardez bien la deuxième, vous y verrez des plongeurs. Car cette fosse est profonde (32 mètres selon les dernières estimations) et la galerie présente de nombreuses étroitesses.

Le terme Dionne viendrait de Divona, une divinité des gouffres et des sources pour les gaulois. Bien évidemment, cette fosse s’alimentant par les eaux de pluie et différentes sources et ayant un débit assez élevé (que l’on ne voit pas là car nous étions en pleine canicule), a été l’objet de bien des légendes…