Les défis du 20 : Lettre I

Les règles sont ici. C’est Vonnette qui est aux manettes avec la lettre I. Elle nous a d’abord proposé ICEBERG et IGUANE. Puis, se rendant compte qu’il fallait un mot abstrait, elle a changé l’iguane en INSOUCIANCE. Mais ça n’arrangeait pas mon affaire car j’avais déjà préparé mon billet… Donc vous aurez les 3 mots dedans et pis c’est tout !


Un iguane sur un iceberg, a-t-on déjà vu ça ? Même chez La Fontaine on ne le trouve pas. Mais avec le changement de climat, l’iguane n’aura t-il pas envie d’être un peu au frais ? Ou, à force de fondre, les icebergs ne se retrouveront-ils pas à des endroits improbables ? Ceci dit, la bestiole ne fait-elle pas preuve d’insouciance en risquant une pneumonie ?

Vous avez 2h ! Je ramasse les copies ensuite. 😄

Les défis du 20 : Lettre G

Les règles sont ici. Et cette fois, c’est à mon tour de proposer deux mots. La lettre G n’est pas facile mais voici mon choix : Gomme et Galanterie.

N’oubliez pas, chers participants, de mettre vos liens sous ce billet.

Ont participé à cette session :

Adrienne, Antiblues, Catichou, Chantal, Dame Uranie, Florence, Mamylor, Passiflore, Soène et Vonnette.


La Gomme et le Critérium

La gomme n’avait rien d’une pomme,

Dans la trousse, elle fichait la frousse

Aux crayons qui lui faisaient front,

Menaçant de les faire disparaître,

Sans tambour ni trompette.

Mais voici qu’un jour, un nouvel habitant,

Prit ses aises, l’air balèze.

Critérium était son nom

Il était, somme toute, canon.

La cour fit à notre gomme

Et en parfait gentilhomme

Lui proposa tout simplement

De l’épouser, ici, céans.

Face à une telle galanterie,

La gomme, émue, dit oui,

Et depuis, dans la trousse,

Elle est toute douce

Et aide avec bonheur

À effacer les erreurs.

Les défis du 20 : Lettre B

Les règles sont ici.

C’est Florence, cette fois, qui nous propose les mots en « B » pour le mois de mars : BROUETTE et BEAUTÉ


Allez, je vous vois arriver avec votre petit air narquois. Vous vous attendez à ce qu’on vous parle de la brouette japonaise, bulgare ou thaïlandaise 😜! Bande de petits chenapans ! Mais où serait donc la beauté dans tout ça 😆? Tenez, puisque vous voulez regarder quelque chose, que dites-vous plutôt de ça ?

La beauté incarnée ! 😉

Les défis du 20 d’Antiblues

Voici un petit jeu sympa concocté par l’ami Antiblues. Je vous fais un copié-collé de ses règles :

Chacun d’entre nous, mensuellement, à tour de rôle, proposera deux mots (ou expressions) qu’il aime bien mais sans forcement de rapport l’un avec l’autre : un concret et un abstrait. 
Et, le 20 du mois, chaque participant commentera comme il le souhaite avec un texte de 5 à 10 lignes maximum pour chaque mot et si possible une photo illustrant le mot en question. Et si on peut tricoter les deux mots ensemble, ce sera encore mieux: un  défi dans le défi ! Cela peut être l’occasion de se raconter (anecdotes) ou d’en donner une définition personnelle ou de monter de joyeux délires… Pas de limites et de la fantaisie avant tout ! Pour corser la chose, nous allons respecter l’ordre alphabétique (deux mots commençant par « A » donc pour février, « B » pour mars etc …)

Chaque volontaire s’inscrira pour le mois suivant (comme dans l’ancien défi…). Je me lance donc pour le 20 février, je vous propose : Artichaut  et Amour défendu

Je me lance donc :

undefined Les archives hilarantes

Article N°32 de la Revue Franchouillarde de Presse de juin 1900 :

Un ancien politicien aurait tenté de justifier plusieurs adultères en précisant avoir cédé aux pulsions de son coeur d’artichaut.

– Monsieur le Juge, comprenez donc : un coeur d’artichaut offre chacune de ses feuilles en cadeau. C’est ce que j’ai fait avec ces belles dames, peut-on me le reprocher ?

La Cour lui a précisé qu’il ne fallait pas s’effeuiller trop vite, l’amour défendu tournant souvent au vinaigre même chez les grosses huiles.

Petite précision/ Tout est bien tiré de mon imagination, la revue n’existe pas. J’ai fait un photo-montage pour la couverture. Je dis ça au cas où, j’ai déjà eu droit par le passé à des personnes qui ne lisent pas -ou mal- les billets et qui me font des réflexions du type : « n’importe quoi, ce n’est pas vrai… » Ben évidemment que ce n’est pas vrai, Ducon (oups, pardon) !!!