Tucker et Dale fightent le mal – Eli Craig

images

Si vous avez besoin de rire en ce moment, regardez ce film sorti en 2014 ! J’ai souri et ri du début à la fin.

Tucker et Dale sont deux amis un peu fauchés, pas très finauds, veulent passer leurs vacances à pêcher, boire des bières… bref, à ne pas se prendre la tête. Ils achètent une cabane (délabrée) dans les bois. L’histoire se corse lorsqu’un groupe d’étudiants vient camper à proximité. L’une d’entre eux tombe à l’eau et est repêchée par les deux compères. Mais, de loin, les étudiants pensent qu’il s’agit d’un kidnapping. Vont alors s’enchaîner les malentendus… et les morts. Mais pas forcément comme on s’y attend !

Ce film est une parodie des films d’horreur/épouvante du type Massacre à la tronçonneuse. Il y avait déjà Scary Movie (sorti en 2000) mais ici, les quiproquo et les rôles inversés donnent une autre dimension au film.

La Vierge de Nuremberg – Antonio Margheriti

the-virgin-of-nuremberg

Un jeune couple, Max et Mary Hunter, se rend dans le château familial, en Allemagne, pour un court séjour. Max a une affaire à régler. Mary est intriguée par le musée qui s’y trouve et notamment par l’instrument de torture qui a donné le titre du film (vous remarquerez le jeu de mots entre l’instrument de torture, également appelé « Vierge de fer », et la destination). Un soir, elle voit du sang couler de celui-ci et découvre une jeune fille à l’intérieur, les yeux crevés. Elle s’évanouit. Max semble ne pas faire grand cas de cette histoire. Il doit cependant partir pour une nuit et la confie aux bons soins d’une gouvernante peu commode et d’un domestique balafré. Il pense qu’elle a avalé ses calmants mais il n’en est rien. Elle le suit et découvre qu’il passe par un passage secret… Je n’en dis pas plus pour ne rien dévoiler.

Ce film date de 1963. Il est catalogué dans les films d’horreur. Je pense qu’il serait plus juste de le classer dans la catégorie épouvante car même s’il y a bien quelques plans assez affreux, le psychologique prend le pas sur le gore. Mais ce n’est que mon avis. J’ai trouvé la fin un peu… comment dire… bâclée, bas de gamme… Disons, pour vous mettre un peu sur la voie, qu’il y a un autre jeu de mots avec « Nuremberg ». Amis historiens, bonjour ! Et ce final fait qu’on pourrait presque le considérer comme un nanar, ce qui est dommage car tout le reste est bien, vraiment. Vous y verrez un Christopher Lee brillant (remarquez, en général, il l’est plutôt !).