Deux cons – Tronchet

D’un côté, Couyalère, et de l’autre Patacrêpe ! Admirez les noms ! Deux parfaits abrutis qui se complètent pour ne former qu’un seul neurone, et ce n’est pas peu dire ! Dès que l’un des deux ouvre la bouche, on ne peut s’empêcher de sourire face à la niaiserie de ses paroles. Ce qu’il y a de bien avec ces deux idiots, c’est qu’ils ont l’impression de découvrir le monde chaque jour. 

Fan de Fluide glacial, j’apprécie tout particulièrement les BD de ce genre. Les dessins, ici, sont à l’image des deux personnages : assez grossiers, peu raffinés. Tout passe dans les mimiques et les regards.

Si vous voulez passer un bon moment, n’hésitez pas ! 

Général Léonardo (T2) – E. Svane / D. Greenberg

Tome 2 : Croisade vers la Terre Sainte

Léonard a cédé et a mis ses machines volantes à la disposition du Pape afin d’aller mener la guerre sainte. Les dessins sont toujours aussi bien faits, peut-être plus aboutis que dans le premier album. En revanche, c’est de plus en plus violent ! Vous me direz, on n’a pas fait la guerre sainte en dentelles et en jetant des fleurs ! Donc on a droit à des joyeusetés du type pal (non, non, pas « pile à lire » 😄), têtes coupées…

Ici encore, on retrouve des choses modernes en clin d’oeil. Je ne regrette vraiment pas d’avoir trouvé ces deux albums !

Général Léonardo – Erik Svane et Dan Greenberg

Tome 1 : Au service du Vatican

Je découvre tout juste cette bande dessinée en deux tomes datant de 2006. Même si nous connaissons les penchants de Léonard de Vinci pour la peinture, les machines ou le mécanisme du corps humain, on découvre toujours quelque chose de ce génie. Ici, on s’attarde plus sur le côté fantasque du personnage et on saupoudre l’album d’une bonne cuillère d’humour. On entre dans l’histoire de suite par l’arrivée d’un homme d’église effrayé de voir des cadavres crucifiés dans la demeure de Léonard. Celui-ci lui explique avec enthousiasme que la méthode de crucifixion que l’on nous a montrée depuis des siècles n’est sans doute pas la bonne. On pourrait penser que le prélat hurle à l’hérésie mais il n’en est rien. Il pousse, certes, quelques cris, mais il poursuit sa visite. Le génie italien lui montre alors sa toute nouvelle invention : une copie du linceul afin de remplacer l’original qui tombe en lambeaux. Mais ce n’est pas ce qui intéresse le Vatican… Quelques jours plus tard, Léonard est convoqué. Ah, quand même ! me direz-vous. Mais non, pas pour le sanctionner ! Le pape est curieux de ses machines de guerre ! Je n’en dis pas plus pour ne pas dévoiler l’histoire.

J’ai aimé les dessins, le scénario et la petite touche d’humour. Il y a même un clin d’oeil à un événement plus récent. Je vais m’empresser de lire le tome 2 !

La grande aventure – Guillaume Bouzard

Un album publié aux Editions Rouquemoute, un personnage ressemblant au Capitaine Caverne de mon enfance… Inutile de vous dire que j’ai cliqué de suite, lors de l’opération Masse Critique, sur cette BD et uniquement sur celle-ci. Quant au dessinateur, Bouzard, il vous dira quelque chose si vous lisez Fluide Glacial. Un grand merci à l’équipe de Babelio pour m’avoir fait découvrir cette petite pépite.

Cet album recense huit histoires de nos amis Cro-magnons ainsi qu’un bonus pas piqué des vers ! J’ai adoré ! Tout est dans les actions, les mimiques des personnages. On imagine leurs pensées grâce aux phylactères contenant non pas des textes mais des dessins, à la manière rupestre, ou des onomatopées. Bouzard a reproduit ici des choses de la vie quotidienne, collant parfaitement aux personnages. J’ai lu cet album avec un sourire jusqu’aux oreilles jusqu’à l’avant-dernière page et un grand éclat de rire est venu ponctuer la toute dernière. J’ai vraiment passé un moment sympa !

Je recommande vivement cet album !

Agatha Raisin : Coiffeur pour dames (T8) – M.C Beaton

Traducteur : Marina Boraso

Agatha a un vrai coeur d’artichaut. Lorsqu’elle fait la connaissance de ce coiffeur aux doigts magiques qui lui fait la cour, elle se demande bien si elle va résister. Mais elle a quand même des soupçons. C’est qu’elle est enquêtrice notre héroïne, souvent à ses dépends mais elle aime ça. Et lorsque John, ou plutôt Monsieur John comme on l’appelle là-bas, s’écroule dans les toilettes de son salon tout en ayant vomi ses tripes, on se dit bien qu’elle avait peut-être raison.

J’avais besoin d’une lecture légère après avoir affronté la violence du dernier roman dont je vous ai fait la critique il y a deux jours. Et quoi de mieux que de retrouver cette petite bonne femme bourrue que j’adore ? Alors bon, on ne va pas se mentir, on retrouve souvent la même trame : un homme lui fait du charme et il meurt. Hum… finalement, il ne fait pas bon de la côtoyer de trop près ! 😂 Mais que demande-t-on à un tel bouquin si ce n’est de nous faire sourire et de nous vider la tête ? Eh bien, une fois de plus, c’est réussi ! Et ceci dit, mine de rien, pour l’avoir un peu expérimenté, il est très difficile d’arriver, dans un polar, à faire une fin qui se tienne et qui surprenne le lecteur. Moi, rien que pour ça, je suis admirative !

N.B : Je ne les lis pas dans l’ordre donc ne cherchez pas sur ce blog les critiques précédentes. Vous trouverez celles des tomes 1, 2 et 14.