L’atelier chez Pixelie25

Pixelie25 nous propose un atelier sur les homophones. Le but étant de bricoler un texte avec les mots suivants : Chaud – chaut (du verbe chaloir) – Chow-chow – show – chaux.

La barre est haute !

– Herbert, mais que t’est-il arrivé ?

Rodrigue, le caniche, riait à belles dents. Son copain Herbert, Chow chow de son état, était passé d’un beau beige à un blanc douteux en l’espace d’une matinée.

– Tu te souviens de cette belle femelle Carlin que nous avions rencontrée sur le trottoir face à la boucherie ? Elle s’appelle Calamity. Elle m’a tapé dans l’oeil. Mais lorsque j’ai voulu lui faire un brin de causette, elle m’a vite stoppé dans mon élan. « Inutile de faire votre show, m’a t-elle dit, je ne discute qu’avec des chiens qui me surprennent. Faites quelque chose en ce sens et je reconsidérerai ma décision. Mais attention, si c’est juste pour venir me renifler l’arrière-train, peu me chaut ! »

– Mazette ! Elle était de la Haute, non ? Depuis quand nous, les chiens, parlons-nous ainsi ? Et qu’as-tu fait alors ?

– Je l’ai revue passer la dernière fois. Je me suis dit que j’allais lui faire coucou du toit de la maison en construction, tu sais celle qui n’est pas loin du parc. Ça lui montrerait mes talents d’équilibriste.

– Tout ça pour une femelle ! Et alors ?

– Alors… j’ai perdu pattes et je suis tombé dans un seau d’eau mélangée à de la chaux ! Un maçon avait dû laisser traîner ça là, sur le chantier. Quand mon maître m’a vu dans cet état, il a crié « c’est chaud ! » et m’a aussitôt emmené chez le vétérinaire.

– Quel est son verdict ?

– D’après lui, je vais perdre mes poils. Tu te rends compte, je vais passer d’une allure de nounours à celle d’un lapin pelé. Ça va repousser mais il faudra du temps.

– Tu tiens peut-être ton numéro ! Ça va impressionner Calamity. Tu te rends compte, changer d’apparence aussi vite ? Elle va croire que tu es un magicien.

– Tu crois ? Ah, ça me remonte le moral ! Tu es un vrai copain, toi !

Les énigmes des Borgia – R.M. Galliez, S. Lebrun et L. Audrain

R.M. Galliez, S. Lebrun et L. Audrain 

 

 

J’ai eu la chance et la joie de gagner ce magnifique livre. Il est d’ailleurs rangé dans ma bibliothèque, parmi les beaux livres, et non dans les piles  que j’ai un peu partout dans l’appartement (si tant est qu’une pile puisse être rangée). C’est pour dire !

J’ai retrouvé ici Roxane Marie Galliez, dans un style bien différent que ce qu’elle nous a présenté jusqu’à présent. Les différentes casquettes lui vont à merveille ! J’admire toujours les écrivains qui peuvent tout écrire sous n’importe quelle forme sans se répéter. Non seulement ce n’est guère évident mais cela démontre un talent certain.

Quelle bonne idée d’avoir fait cohabiter ainsi le ludique et le culturel ! Inutile de se dire que ce livre ne concerne que les jeunes d’ailleurs (euh, je vous rappelle qu’il s’agit des Borgia, hein ! A ne pas mettre entre toutes les mains quand même !). J’avoue avoir flanché sur certains jeux et regardé la réponse ! :tongue: Ajoutez à ceci des illustrations soignées et vous avez la recette du livre à avoir coûte que coûte.

Vous cherchez encore un cadeau pour Noël ?