Pendant l’orage – Rémy de Gourmont

Fiche écrite le 11 mai 2013

Pendant l’orage ne relate pas une tempête… ou, du moins, pas le phénomène climatique. Rémy de Gourmont (1858-1915) nous propose ici une sorte de journal tenu pendant la Première Guerre Mondiale. A travers des petits chapitres très courts, mais intenses (on sent la « patte » du journaliste), il a voulu, selon Jean de Gourmont, son petit-neveu, faire comprendre l’état d’esprit dans lequel pouvaient se trouver les français à cette époque, et notamment ceux qui partaient au front. Pourtant, ce n’est pas vraiment ce que je retrouve en lisant ces courts écrits.

Alternant entre textes insouciants, mini-dissertations sur la littérature ou les arts, et réelle prise de conscience, Rémy de Gourmont donne l’impression d’être dans un rêve – devenant cauchemar au fur et à mesure – éveillé, même si cela est paradoxal. Il faut savoir que l’auteur, gravement malade en 1914, n’a pas été enrôlé. En revanche, il a vu tous ses camarades partir au front. Les événements terribles eurent un impact sur ce dernier qui regrettait de façon presque ironique l’absence de vie culturelle à cette période. Et c’est bien de cela dont il s’agit. L’auteur pleure sur ce vide qui l’anéantit. 

Ce journal montre à quel point Rémy de Gourmont était érudit. Il n’y a pratiquement pas un chapitre sans que ne soit mentionné un lien culturel. À découvrir  !

Extraits : 


L’Auxiliaire

30 octobre 1914.

C’était, avant la guerre, une position militaire sans éclat, mais de tout repos. L’auxiliaire, quel que fût son âge, était celui dont on n’a pas besoin. On le laissait donc vaquer paisiblement à ses affaires et, pourvu qu’il se présentât à certaines revues annuelles et même plus espacées, on se tenait pour satisfait. Cependant l’heure est venue où on a eu besoin de tout le monde et l’auxiliaire a été utilisé à toutes sortes de besognes, fort peu en rapport, la plupart du temps, avec ses occupations civiles. J’en connaissais un qui était professeur dans un lycée de province, myope, peut-être, mais robuste et de belle apparence. Mobilisé dès le premier jour, on le désigna pour l’emploi de fossoyeur et, depuis, mélancolique et sans gloire, à la suite des armées françaises, il creuse des tombes. J’allais dire que c’est une destinée shakespearienne, parce que je pensais à la scène d’Hamlet et du fossoyeur. C’est plutôt du Scarron ou du Lucien. C’est bien du Lucien, que la besogne qui est échue à un autre soldat auxiliaire, connu dans les lettres. Il fut soudainement mué en brûleur de café. Il fit ce que l’on voit faire dans les petites rues de Paris aux garçons épiciers : il tourne la manivelle parmi une odorante fumée. Cela dut lui paraître bien drôle les premiers jours. Je suis sûr qu’il pensait à Philippe de Macédoine devenu savetier aux enfers. Puis il languit à ce métier improvisé, devint malade, faillit mourir. Pauvre auxiliaire ! Un fusil, peut-être, lui eût mieux convenu.

***********


Nouvelles littéraires

14 décembre 1914.

Elles nous viennent maintenant des tranchées, des dépôts, des hôpitaux, des camps de prisonniers. Qui est mort, qui est blessé, qui est malade ? Le Bulletin des Écrivains, n° 2, répond à ces questions pour le mois qui vient de s’écouler. Il n’a pas été très meurtrier pour les lettres, d’où on peut en inférer qu’il a été le même pour l’ensemble des armées, malgré la fréquence des combats et la progression des lignes, mais il n’y a pas mal de blessés, quelques prisonniers et encore des disparus. Avec ces trois catégories, on ferait un excellent sommaire de revue ou de journal littéraire, on alimenterait une librairie. Que faut-il entendre par « disparus » ? On reporte toujours à cette liste le charmant du Fresnois. Hélas ! Quel espoir laisse-t-il encore ? Il est disparu depuis les premiers combats en Belgique. Serait-il blessé grièvement et prisonnier en Allemagne ? Triste perspective et c’est la meilleure. Il en est de même du jeune romancier Alain-Fournier. Cependant, son ordonnance aurait pu revenir sur le lieu du combat où il était tombé et reconnaître le corps. Il est donc peu permis, à moins d’une erreur inexplicable, d’avoir des doutes sérieux. Par prudence, les rédacteurs l’ont mis parmi les disparus. Ce serait une perte très sensible pour les lettres. En somme ce bulletin continue d’être un document très triste et très glorieux, quoique la gloire qui échoit à quelques-uns soit une gloire définitive et sans le lendemain qu’ils avaient rêvé. Mais les lendemains sont bien incertains et peut-être vaut-il mieux mourir en pleine force et en pleine jeunesse que d’en courir les risques. Il y a longtemps que les Anciens, si sages, avaient mis au premier rang des amis des dieux ceux qui meurent jeunes. Ce qui nous paraît une injustice du sort est peut-être un privilège. N’importe. Il est douloureux pour ceux qui le contemplent.

Le cimetière du Bois Belleau

Il n’y a pas un jour particulier pour penser à eux, je veux parler de nos soldats tombés pour la Patrie. On doit y penser tout le temps… Mais quand même, en ce 11 novembre, je tenais comme beaucoup d’entre nous à leur rendre hommage.

Il y a un mois ou presque, le dimanche 14 octobre 2018, je suis retournée visiter le cimetière américain du Bois Belleau. Je l’avais visité une première fois en février 2008 mais je n’avais plus les photos, ma clé USB ayant flanché.

 

IMG_0842'IMG_0876'IMG_0852'IMG_0856'IMG_0865'IMG_0859'IMG_0868'IMG_0853'IMG_0909'IMG_0910'IMG_0925'IMG_0924'IMG_0829'IMG_0926'IMG_0944'

Photos ©L.B

La Guerre des Lulus – R. Hautière/Hardoc

guerre Lulus

Tome 1

Nous sommes en été 1914, à l’heure où les hommes sont mobilisés pour partir combattre l’ennemi. À l’abbaye-orphelinat de Valencourt (village imaginaire), en Picardie, l’instituteur doit laisser ses petits protégés. Il préfère leur dire qu’il part en vacances, pensant être là à la rentrée de septembre. Quatre enfants, les Lulus, appelés ainsi car leurs prénoms commencent tous par la syllabe « lu », passent leur temps à désobéir et à faire le mur. Mal leur en a pris car lorsque l’abbaye est évacuée, de même que tout le village, ils sont dans la forêt sans savoir ce qui se trame. Ils vont ainsi se retrouver seuls, à errer pour survivre…

J’ai aimé cette BD qui, à travers le regard d’enfants, retranscrit l’atmosphère de l’époque. Les dessins sont minutieux, détaillés, les couleurs claires. On prend vraiment du plaisir à lire les vignettes et à avoir de l’empathie pour ces quatre galopins, notamment à l’approche de l’hiver…

Je vous laisse, le prochain tome m’appelle !

Le Hartmannswillerkopf (HWK ou Vieil-Armand)

IMG_0132

 

 

Situé sur la route des crêtes, à Wattwiller en Alsace, ce site est historique dans la mesure où a eu lieu en son sein une des plus grandes batailles d’Alsace durant la première Guerre Mondiale.

Le vrai nom est Hartmannswillerkopf, du nom du village et de « Kopf » signifiant « la butte ». Ce sont les Poilus qui le surnommèrent « Vieil-Armand » par analogie entre Hartmann et Armand.

Les plus violents combats se produisirent dans le courant de l’année 1915. Ils firent 30 000 morts, des français en majorité. Il faut dire que les tranchées étaient très proches, séparées, au sommet, par  22 mètres seulement. Ecouter ce qui se passait en face était facile. Il fallait donc être le plus silencieux possible. On peut aisément imaginer la difficulté des soldats dans ce lieu hostile, escarpé parfois (et je peux vous assurer qu’avec mon vertige, le parcours, sur certains tronçons, fut périlleux).

 Le site est bien conservé et l’on marche dans les tranchées, sur les pas de ceux qui ont combattu, de façon très émouvante.

 

 

La crypte

IMG_0134

 

Le cimetière

IMG_0135

IMG_0156

 

Un des six ossuaires

IMG_0152

 

Les tranchées françaises étaient faites avec des rondins de bois qui maintenaient la terre.

IMG_0183

IMG_0193

 

 

En revanche, les allemandes étaient bétonnées ou empierrées.

IMG_0222

 

IMG_0243

IMG_0249

 

 

Sacs de sable pétrifiés

IMG_0258

IMG_0259

 

 

Vue sur la plaine d’Alsace

IMG_0309

 

 

Le monument des 15-2 (construit à la place d’abris allemands)

IMG_0316

IMG_0315

IMG_0317

 

 

Reste d’une embase

IMG_0321

 

Compresseur

IMG_0326

 

 

Moteurs des téléphériques (servant à l’approvisionnement… les abris étant au flanc de la montagne)

IMG_0330

IMG_0336

 

 

La Osswald Hutte (qui a servi à nouveau en 39-45 comme baraquement de prisonniers polonais)

IMG_0371

 

Les milieux souterrains du HWK (Une des principales galeries d’entrée du réseau souterrain)

IMG_0348

IMG_0354

IMG_0352

 

La Karlsfeste (abri)

IMG_0363

 

Le quotidien…

Les latrines

IMG_0364

 

IMG_0365

 

 

Les cuisines

IMG_0370

IMG_0367

IMG_0366

 

Retour au sommet…

Pour faire le guet

IMG_0385

IMG_0387

 

Stèle du 28 B.C.A

IMG_0381

 

 

La croix lumineuse : signe de la réconciliation franco-allemande (11/11/1936).

IMG_0382

 

© L.B

 

Pour en savoir plus, je vous conseille d’aller visiter ce site, très bien fait et complet.