Avenue des géants – Marc Dugain

Marc Dugain [XXe - XXIe] Avenuedesgeants

Je transfère mes anciennes fiches !

Connaissez-vous Edmund Kemper ? De mon côté, j’ignorais son existence jusqu’à la lecture de ce livre. Cet homme est un tueur en série américain, ayant commencé ses crimes à l’âge de 15 ans. Ses grands-parents furent ses premières victimes. Surnommé « l’Ogre de Santa Cruz », il est toujours emprisonné à l’heure actuelle. Marc Dugain, dans ce roman, va largement s’inspirer de la vie de Kemper afin de créer son personnage, Al Kenner. Création ? Peut-être pas finalement car le destin de son personnage est semblable en tous points, ou presque, à celui du tueur. Ce serait presque une biographie romancée si ce n’était un ou deux événements qui changent. Mais alors, me demanderez-vous, qu’a-t-il d’original, ce roman ?

Ce qui m’a le plus étonnée, c’est que bien que sachant ce qu’il s’est passé, après recherches, je me suis mise, au fur et à mesure, à douter, à me demander si Al était vraiment le meurtrier. Le roman est conçu de telle sorte que le lecteur entre dans la psychologie (romancée, cette fois, je vous l’accorde) du jeune homme. Et c’est justement ce qui fait froid dans le dos. Al est d’un calme olympien, relatant les choses sans une once de pitié, sans aucun scrupule ni esquisse de regret. 😱

L’enfant aux cailloux – Sophie Loubière

Sophie Loubière [XXe / XXIe s] Image

Je transfère mes anciennes fiches ! 😉

Elsa Préau, ancienne directrice d’école à la retraite, a voué sa vie aux enfants. Pourtant, elle n’a pas forcément été heureuse avec le sien, parti au Canada en amenant femme et enfant. Et dieu sait que son petit-fils, Bastien, a pu lui manquer ! Aussi, lorsqu’elle remarque ce petit garçon dans le jardin des voisins, elle ne peut s’empêcher de suivre ses faits et gestes. Non seulement il ressemble à son petit Bastien mais s’il attire autant la vieille dame c’est qu’il paraît être maltraité. Il ne sort qu’à des heures où personne ne pourrait le voir, ne semble pas être scolarisé et son hygiène est déplorable. Aussi, Elsa va employer tous les moyens pour alarmer son entourage, les autorités compétentes etc. Mais attention car les apparences sont trompeuses !

Si, au début, j’ai trouvé le récit un peu « poussif », tout s’est enchaîné à la vitesse grand V par la suite. Et ce que je pensais être un brin longuet au départ a pris tout son sens au final. On assiste à de multiples rebondissements dans cette histoire où nos certitudes sont mises à mal en permanence par les nombreuses actions n’allant pas du tout dans notre sens.
J’ai vraiment aimé ce roman qui est un petit bijou d’ingéniosité dans son déroulement.

Blossom Creek – Kirsteen Duval

Le vieux Pope Mayer, figure emblématique, est retrouvé mort par un gamin, un tube de somnifères vidé à ses côtés. Cela aurait pu passer pour un suicide. Qui en voudrait à ce vieil homme vivant comme un clochard dans une maison où la saleté côtoie un bric-à-brac innommable ? Mais Pope a bel et bien été assassiné, étouffé. La jeune inspectrice Eva McCarthy va devoir tirer les ficelles de cet imbroglio afin de découvrir tous les mystères de cette mort.

J’avais déjà beaucoup apprécié Origines et Soupçons, j’ai adoré celui-ci. Je n’ai pas réussi à décrocher du roman ! Pourtant, en ce moment, je cours après le temps. Mais là, impossible d’en sortir. Et quand on pense avoir deviné quelques ressorts, il y en a d’autres qui surgissent, donnant ainsi un dynamisme effréné à l’histoire.

Ah, ça fait du bien, ça faisait un moment que je n’avais pas ressenti ça ! Merci beaucoup Kirsteen pour ce très agréable moment de lecture ! Et encore bravo pour cette couverture que j’adore !

La Proie de Saint-Léonard-des-Bois – Katia Verba

Je frétille toujours à la sortie d’un nouveau texte de Katia Verba, que ce soit ses romans ou ses pièces de théâtre, je passe toujours de très agréables heures de lecture. Et là encore, j’y ai trouvé mon compte. Pourtant, en ce moment, avec la rentrée, les cours à préparer car certaines fermetures de classe ont fait que j’ai pris des heures dans de nouvelles, les réunions… je n’ai pas beaucoup de temps. Là, je l’ai pris et j’avoue que j’ai frissonné pour le personnage principal, Naaje. 

Cette adolescente de 17 ans n’a pas de chance dans sa vie. Et son anniversaire va enclencher une foule d’événements, comme si l’on mettait le doigt dans un engrenage…

Vous allez m’objecter que je dis toujours la même chose et que je ne suis pas objective. Pourtant, je vous assure que je pense complètement ce que j’avance : l’écriture est d’une telle fluidité que l’on tourne les pages frénétiquement. On veut savoir ce qu’il va se passer et les petites phrases concluant chaque partie nous y invite. Voici le genre de livre qu’il ne faut pas lire le soir sous peine de faire une nuit blanche ! C’est noir à souhait, on en a la chair de poule et moi, j’adore ça ! Donc, non seulement on ne dort pas car on veut absolument connaître la suite mais en plus on traque le moindre bruit suspect dans la maison ! 

La proie de Saint-Léonard-des-Bois est, sans aucun doute, le plus sombre des romans de Katia Verba. Alors si vous aimez ce genre, n’hésitez surtout pas ! Il serait vraiment dommage de passer à côté d’une telle pépite ! 

Sukkwan Island – David Vann

41IXspQQgOL._SX210_

 

Cela faisait un moment que je me disais qu’il fallait que je lise cet auteur. Liligalipette m’y encourageait notamment et je sais qu’elle me fait souvent découvrir des petites pépites. C’est grâce à elle que j’ai découvert Philippe Claudel (que je vous encourage à lire si ce n’est pas déjà fait). Et la dernière critique de Miss Alfie, autre blogueuse influente, m’a décidée.

Quelle puissance dans le scénario ! J’ai adoré ! Est-ce le fait que cela fasse référence à la survie dans une île ? Ça, c’est mon côté aventurière virtuelle qui ressort. J’aime beaucoup Robinson Crusoé pour cela d’ailleurs. Est-ce le fait que cela m’ait rappelé également un autre livre, Le Poids de la neige (de Christian Guay-Poliquin), dans lequel deux hommes devaient survivre dans le grand froid ? Toujours est-il que j’ai vraiment passé des moments agréables dans cette lecture. Je voulais savoir, arriver coûte que coûte à la fin (c’est toujours quand il ne reste plus qu’une dizaine de pages que vous êtes appelées pour des occupations de la vie quotidienne) de ce roman noir… très noir dans lequel il y a du sang et des larmes.

Si vous aimez les lieux inhospitaliers, les scènes glauques, n’hésitez pas !