Rescapé du camp 14 – Blaine Harden

 

Quatrième de couverture :

Aussi hallucinant que glaçant, le témoignage unique d’un homme né il y a trente ans dans l’horreur d’un camp de travail nord-coréen et qui, au prix d’un courage et d’un instinct de survie inouïs, parviendra à s’enfuir. Une plongée édifiante au cœur de la barbarie, la folie et l’inhumanité. La première fois qu’il a vu Shin, Blaine Harden a été frappé par son regard, hanté, fuyant, et par son corps, couvert de cicatrices. Et Shin a raconté son histoire. Celle d’un enfant né d’une union arrangée entre deux détenus ; un petit garçon témoin des pires atrocités, obligé de trahir ses camarades pour un peu de nourriture ; un adolescent forcé de travailler dix-huit heures par jour et qui a été contraint sous la torture de dénoncer ses proches. Un jeune homme qui, un jour, par miracle, a réussi à s’échapper du camp pour, hélas, connaître l’errance et l’esclavage dans les fermes qui jalonnent la frontière sino-coréenne. Avant de trouver enfin la liberté. L’histoire d’un homme brisé par un pays où l’absurde le dispute à l’horreur, mais aujourd’hui bien décidé à éveiller le monde à une réalité d’autant plus révoltante qu’elle demeure délibérément ignorée.

 

Mon avis :

Il faut bien avouer que les livres concernant la Corée du Nord ne sont pas légion (et pour cause…). On sait très bien qu’il est difficile d’avoir quelque chose de fiable puisque rien ou presque ne filtre de ce pays fermé. Aussi, lorsque j’ai pris connaissance de ce livre, je me suis dit que cela serait une bonne façon, toute proportion gardée, de savoir un peu ce qu’il se passe dans ces goulags. Si je mets quand même un bémol, c’est parce qu’un témoignage n’est pas non plus une preuve absolue, quelque chose de fiable à 100%, soit parce que la mémoire peut faire défaut, soit parce que la personne peut mentir délibérément. On en a déjà eu  l’expérience. Quoi qu’il en soit, cela permet quand même d’apprendre des choses.

Le journaliste Blaine Harden a été touché par l’histoire de Shin Dong-hyuk, rescapé du camp 14… ou 18 (on y reviendra). Shin est un enfant né à l’intérieur du camp. Il explique que certains prisonniers reçoivent comme récompense le fait de pouvoir se mettre en couple et avoir des relations pendant cinq jours consécutifs après le « mariage ». Ils peuvent se voir, par la suite, de temps en temps. Sans le précieux sésame, toute relation est interdite. Inutile de préciser qu’il n’y a pas d’amour dans ces couples factices, arrangés comme il convient par les gardiens. Les enfants nés de ces couples sont considérés comme impurs et traités comme tels. Shin a donc vécu en considérant ses parents comme des étrangers, des parias qui lui volaient sa nourriture. Ceci peut nous choquer mais il ne faut pas perdre de vue que les sentiments n’ont pas leur place. Les prisonniers sont conditionnés. Leur esprit est martelé par des messages de propagande et par l’encouragement à la délation. Aussi, Shin n’hésitera pas une seule seconde à dénoncer le projet de fuite de sa génitrice et de son frère. Cela lui vaudra de multiples tortures, tant physiques que psychologiques, et engendrera la mort – punition suprême – des deux « rebelles ». Pour autant, le remords ne s’insère pas chez Shin qui, d’ailleurs, ne comprend pas vraiment ce qu’il lui arrive puisqu’il n’a fait que suivre « les règles ». Effrayant, n’est-ce pas ? Et ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres…

Je le disais au début, un témoignage reste un témoignage, avec ses qualités et ses défauts. Et celui-ci a déjà montré ses limites. En effet, des polémiques ont eu lieu car il s’avère que certaines choses sont inexactes selon l’aveu récent du rescapé lui-même. Les dates, les lieux ne sont pas forcément réels. Ainsi, Shin n’aurait pas vécu dans le camp 14 (il y serait né cependant), réputé pour être le pire, mais dans le 18, aux conditions un peu moins difficiles. Il n’aurait pas vécu dans un dortoir de garçons mais avec son père. Il n’aurait pas été torturé à 13 ans mais à 20… Pour autant, cela change-t-il vraiment quelque chose ? Certes, on pourra alors se demander si toute l’histoire racontée n’est pas sortie de l’imagination de l’auteur mais il y a quand même des choses qui ne trompent pas : les médecins ont déclaré que toutes les cicatrices, blessures et traumatismes sur son corps étaient bien dus aux tortures subies. De plus, la Corée du Nord a confirmé la mort de la mère et du frère (mais pour assassinat et non pour projet de fuite… Qui croire ?) Les spécialistes disent que lorsqu’on a vécu de telles horreurs, la mémoire est morcelée. Shin, lui, dit avoir menti pour ne pas avoir à revivre ces moments douloureux mais aussi par honte. Cependant, l’on sait que la Corée du Nord a tenté de le faire taire. Il serait donc fort possible qu’il soit revenu sur ses aveux sous la pression. Au final, s’il est bien libre physiquement, on peut noter qu’il est toujours tiraillé psychologiquement.

Quoi qu’il en soit, ce livre reste intéressant pour se faire une petite idée de ce qu’il se passe au-delà de ces murs.

 

Extrait : 

Shin continue pourtant à prendre à sa mère autant de nourriture qu’il le peut, aussi souvent qu’il le peut. Il n’a pas conscience qu’elle aura faim s’il mange son repas. Des années plus tard – elle déjà morte et lui vivant aux États-Unis -, il me dira qu’il aimait sa mère, mais il s’agira d’une construction rétrospective, après avoir appris que les enfants civilisés doivent aimer leur mère. À l’époque du camp, dépendant d’elle pour tous ses repas, lui volant de la nourriture, subissant ses coups, il la considère comme une rivale dans sa lutte pour survivre.

Mon enfance assassinée – Patricia Pattyn

On ne ressort pas indemne de ce livre. Comment l’être humain peut-il parfois devenir un tel animal pour laisser ainsi libre cours à ses pulsions sur des enfants, sur une femme ? L’inceste, la violence, l’horreur absolue sont vécus au quotidien par cette jeune fratrie. Violée dès son plus jeune âge par son père, Patricia pensait être tranquille à la mort de celui-ci (mort provoquée par la mère, seul acte héroïque qu’elle ait pu faire). Mais c’était sans compter sur le fait que sa mère retombe entre les pattes d’un être pervers, un sadique épris de sexe et de violence. L’homme à la moto, qui les traque, elle, sa sœur et ses frères, sans discontinuer… Le maquereau qui « offre » à son frère handicapé une de ses belles-filles, Marie-Claire, pauvre gamine sans défense… Le bourreau qui demande à Patricia de tenir un seau sous la gorge de son frère Pierre pendant qu’il le saignerait comme un pourceau… L’animal qui se déchaîne sur sa « femme » dont les plaies sanguinolentes ne forment plus qu’une. Le sadique qui se repaît chaque jour de ses actes de plus en plus atroces… Bref, tout ceci en un seul « homme » qui – excusez la violence de mes propos – ne mérite pas de vivre…

Ce roman autobiographique est un des plus violents que j’ai pu lire jusqu’à présent. J’ai eu la nausée à chaque page, espérant que tout ceci allait vite finir pour cette gamine, que le médecin allait dénoncer le violeur et que tout finirait. Mais non… Tout le monde ferme les yeux dans ce cas-là. Comme si cette famille était transparente, n’existait pas aux yeux des autres. On en arrive à se demander comment Patricia a pu tenir, comment elle n’a pas succombé à tous les sévices infligés. Car la famille n’est pas la seule en cause. Lorsqu’elle se retrouvera placée en centre, elle devra également subir la violence, les outrages. Et lorsque la famille d’accueil se retrouve être, ponctuellement, l’oncle maternel, celui-ci, comme s’il était atteint d’une tare génétique, continuera ce travail de destruction qui a été commencé.

Ce témoignage est à la fois horrible et utile. Les faits ont beau se dérouler dans les années 50, il ne faut pas oublier que ce genre de torture est toujours d’actualité et qu’il faut la combattre avec acharnement. Les Patricia, Pierre, Roger, Jean-Marie ou Marie-Claire ne sont encore que trop  nombreux…

 

Extrait :

J’ai six ans. Nous avons si faim, si froid, si peur. Le sang de maman coule dans un petit pot que nous allons vider dans la mare. Il la frappe. Le coup est parti sur son front, le visage de maman se couvre d’un rideau rouge. Je me jette sur elle, il frappe encore, il va la tuer. Non. Il envoie mon frère chercher le médecin. Il s’amuse. Nous avons tant prié pour qu’un voisin entende un jour notre douleur. Personne n’est jamais venu. Le médecin nous aidera, il verra la cabane sans eau, sans lumière, avec le pauvre poêle donnant un peu de chaleur, il verra maman et ses blessures… Il verra nos yeux, il le verra lui, et comprendra. Mais en deux mots, il a menacé le docteur. Qui a recousu maman et son crâne ouvert. Qui est reparti la tête basse, très vite. Il est revenu le médecin : je saignais tant et tant de ses coups de botte et de ses coups de boutoir qu’il fallait, moi aussi, me recoudre. Là. Et le médecin allait voir : dans ma honte pétrifiante, dans mon corps déchiré, il allait voir que des enfants subissaient des choses inqualifiables… Il m’a vue, recousue, et n’a rien dit. Bien sûr. Nous sommes tous souillés, nous sommes tous avilis, nous n’avons plus rien que notre honte, il n’a pas voulu de nous, de notre horreur, de notre cauchemar. Il a dû fouiller son imagination pour mettre des mots propres et apaisants sur ce qu’il venait de voir. Et vite hausser les épaules.