Le chant des Terres T2 – Wallace & TieKo

Tome 2 :  Glenscone

Rien ne va plus en Ecosse. Erwan, le fils de William, a été fait prisonnier par les anglais. Gordon se lance alors à sa recherche mais il n’est pas facile d’éviter les traquenards…

Ce deuxième tome est aussi plaisant que le premier. On tourne frénétiquement les pages. Mais je me retrouve face à un problème : il devait y avoir un 3ème tome… qui n’a jamais vu le jour, malheureusement. Je reste sur ma faim !

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Challenge Les textes courts. 

Genre : BD

Auteur : Wallace & TieKo

Pays : France

Nombre de pages : 46 pages 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mon-challenge.png

Le chant des Terres T1 – Wallace & TieKo

Tome 1 : Sheriffmuir

Cet album met en scène les débuts du conflit opposant les écossais et les anglais. Nous sommes en 1715. Le jeune Gordon Mc Kenzie retourne en Ecosse après un séjour en Normandie. Heureux de revoir la belle Flora à qui il avait fait une promesse avant de partir, il va tout guilleret rejoindre son père. Mais celui-ci n’a pas de bonnes nouvelles à lui apprendre. La révolte gronde et William sent que quelque chose se trame. Lorsque son second fils arrive, il annonce alors ce qu’il pense être un heureux événement : Erwan va se marier ! Cela aurait pu faire plaisir à Gordon si la future épouse n’avait pas été… Flora ! Décidément, la révolte ne va pas être que dans un camp !

J’ai aimé ce premier album posant bien les jalons de ce qui sera un pan important de l’histoire de l’Ecosse. En revanche, j’ai un peu moins aimé les dessins mais ce n’est qu’un détail car j’ai quand même envie de lire la suite.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png


Challenge Les textes courts. 

Genre : BD

Auteur : Wallace et TieKo

Pays : France

Nombre de pages : 46 pages 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mon-challenge.png

Le Horla (BD) – G. Saurel

Le Horla est certainement l’oeuvre de Maupassant que je préfère. En effet, on ne saura jamais si le narrateur devenait fou ou s’il y avait réellement un phénomène paranormal dans sa chambre. Notez qu’en bonne cartésienne que je suis, je préfère la première solution. Cet album met donc en scène cette histoire. Mais Guillaume Sorel prend le parti de ne pas tout raconter et de ne mettre en scène que le côté fantastique. Pourquoi pas, après tout ? Car comment retracer la totalité d’un texte en 62 pages ? Il introduit également un chat qui joue un rôle important ici. Je ne me souviens pas qu’il apparaissait dans la nouvelle.

J’ai aimé les dessins, représentatifs et sublimant les paysages. Ils mettent bien en relief le tourment du personnage également en axant, dans ces scènes, sur des couleurs très vives. En revanche, j’avoue rester un peu sur ma faim concernant le scénario. Je trouve dommage qu’on ne laisse pas au lecteur, comme dans la nouvelle, s’interroger sur la possible folie de cet homme en proie à quelque chose qui le terrorise.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Challenge Les textes courts. 

Genre : BD

Auteur : Guillaume Sorel

Pays : France

Nombre de pages : 62 pages 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mon-challenge.png

Nerval, l’inconsolé – D. Vandermeulen, D. Casanave, C. Champion

On ne parle pas suffisamment de Gérard de Nerval. Pourtant, ses Filles du feu sont un petit chef-d’oeuvre. Cet album retrace sa vie, courte mais trépidante. On y voit son amitié avec Théophile Gautier, son adoration pour Victor Hugo qu’il défendra lors de la représentation d’Hernani. Ses problèmes de santé mentale sont également bien présents. D’ailleurs, ne vous méprenez pas sur la couverture de cet album. Il ne s’agit pas d’une BD érotique, même s’il y a quelques scènes. En fait, elle représente les hallucinations du poète, que l’on peut voir en petit à gauche. Elles étaient toutes sur ce thème. Il faut dire qu’il était un peu porté sur la chose sans pour autant faire quoi que ce soit. Et s’il avait un terrain fragile au niveau santé, cela ne s’est pas amélioré avec la boisson. Le Gégé n’était pas le dernier à lever le coude !

J’ai aimé cet album. D’abord pour ses dessins, à la limite de la caricature, qui donnent une certaine légèreté à la narration. Ensuite pour le scénario. On voit que David Vandermeulen s’est bien documenté. Le dossier à la fin le montre. Pour les couleurs, enfin, qui donnent du relief à l’ensemble et créent un dynamisme.

Si vous aimez Nerval ou que vous voulez le découvrir, n’hésitez pas !

Les Zola – A. Chemama et M. Marcaggi

Zola fait partie de mes auteurs préférés, pour ne pas dire qu’il est sur la première marche du podium. Mais derrière Emile, se cache Alexandrine, sa femme. Car s’il l’a sortie d’une situation difficile, elle le lui a rendu au centuple en faisant de lui le romancier que nous connaissons. Et même si l’on nous répète toujours qu’il faut dissocier l’auteur de sa vie privée, j’avoue qu’il m’est difficile pour certains de faire abstraction. Je ne comprends toujours pas cette double vie qu’il a pu mener avec Jeanne. Ou plutôt si, Jeanne a pu lui donner deux beaux enfants, contrairement à Alexandrine. Et cette brave femme s’en occupera à la fin de sa vie… L’amour peut faire faire de ces choses !

J’aime beaucoup les BD qui reprennent les biographies d’auteurs ou de personnages historiques et là encore, je ne suis pas déçue ! En 110 pages, on apprend tout ce qu’il y a à savoir sur Zola, sur le contexte social et politique, sur ces relations avec Cézanne ou d’autres artistes. Les dessins sont apaisants, comme de petites aquarelles sur chaque planche, et néanmoins très ressemblants. C’est un très bel album que je recommande !