La bataille de Yashan 1279 – Bo Lu

La bataille de Yashan 1279 par Lu

Quatrième de couverture :

En 1279, la Chine est pour la première fois sous la domination des Mongols. La dynastie Yuan, fondée par Kubilai Khan – le petit-fils de Gengis Khan – a en effet assimilé la quasi-totalité de l’empire du Milieu. Mais à Yashan, une île située sur le littoral sud, un dernier bastion de l’ancienne dynastie Song lui résiste encore. Une des plus grandes batailles navales de l’Histoire s’apprête à avoir lieu…



Mon avis :

Merci à Babelio et à son opération Masse Critique qui m’a permis de lire cet album que j’avais choisi pour en apprendre un peu plus sur l’histoire de la Chine. Et je dois dire que sur ce point, je n’ai pas été déçue. Bien entendu, il m’a fallu quand même faire des recherches afin de bien tout comprendre mais cela me paraît logique.

En revanche, je mets un bémol sur le dessin qui ne m’a pas emballé. Cette impression de voir les traits de crayon repassés à l’encre m’a gênée. J’avais l’impression qu’il y avait comme un effet de flou. De plus, j’ai trouvé cela trop chargé. Cela m’a fait penser à la méthode employée pour les comics… et je n’aime pas les comics, c’est ballot ! Mais cela n’engage que moi. Vous connaissez le proverbe, les goûts et les couleurs… En revanche, si vous aimez ce type de dessins et l’Histoire, alors foncez !

tous les livres sur Babelio.com

La Guerre des Lulus – R. Hautière/Hardoc

guerre Lulus

Tome 1

Nous sommes en été 1914, à l’heure où les hommes sont mobilisés pour partir combattre l’ennemi. À l’abbaye-orphelinat de Valencourt (village imaginaire), en Picardie, l’instituteur doit laisser ses petits protégés. Il préfère leur dire qu’il part en vacances, pensant être là à la rentrée de septembre. Quatre enfants, les Lulus, appelés ainsi car leurs prénoms commencent tous par la syllabe « lu », passent leur temps à désobéir et à faire le mur. Mal leur en a pris car lorsque l’abbaye est évacuée, de même que tout le village, ils sont dans la forêt sans savoir ce qui se trame. Ils vont ainsi se retrouver seuls, à errer pour survivre…

J’ai aimé cette BD qui, à travers le regard d’enfants, retranscrit l’atmosphère de l’époque. Les dessins sont minutieux, détaillés, les couleurs claires. On prend vraiment du plaisir à lire les vignettes et à avoir de l’empathie pour ces quatre galopins, notamment à l’approche de l’hiver…

Je vous laisse, le prochain tome m’appelle !

Merlin : Jambon et tartine – J. Sfar et J-L Munuera

merlinsfarmunuera01

Merlin, grand personnage légendaire, est connu pour être le magicien de la fameuse quête du Graal. Nombreux sont les livres retraçant ses exploits. En revanche, peu s’attardent sur son enfance… et pour cause ! On ne sait pas énormément de choses sur celle-ci. L’occasion était donc toute trouvée pour l’inventer. Et quoi de mieux que de le faire en bande dessinée !

Quelle riche idée ont eu là Joann Sfar et José-Luis Munuera ! Merlin est une sorte de gnome qui tente de s’adonner à la magie, sans grand succès. Il est la risée de ses camarades. Pour leur montrer ses pouvoirs et son courage, il décide d’aller dans la forêt mystérieuse, noire, sauvage. Mais auparavant, il va rencontrer un cochon qui parle, Jambon, qui est en fait un prince ayant subi les foudres d’une sorcière. Ces deux-là vont également faire la connaissance de l’ogre Tartine, appelé ainsi car il mange ainsi ces proies.

J’ai passé un très bon moment avec ce premier tome. N’hésitez pas ! De mon côté, j’avais le sourire de bout en bout.

PlancheA_1594

Source image

Carmen Cru (Tome 3) : Vie et Mœurs – Lelong

car

 

J’ai eu une soudaine envie de continuer à lire les albums de Carmen Cru en voyant une personne âgée agir de façon identique. Même démarche ce jour-là et, surtout, même répartie. Le genre de formules qui vous laisse sur le popotin ; cette impression que passés les 80 ans, l’éducation prend la poudre d’escampette. Tout leur est dû. Essayez de les aider et elles vous disent qu’elles peuvent faire sans vous, non, mais, quand même (épisode de la bibliothèque ici) ! Ne les aidez pas et vous êtes un galapiat mal élevé pas fichu de rendre service à une personne âgée (épisode du terrassier). Et les voilà parties sur leur thème préféré : la jeunesse n’est plus ce qu’elle était… Ma pauv’dame, moi, à cet âge-là… et gna gna gna…

Ai-je bien résumé la situation ? Eh bien ! Lelong a tout condensé dans le personnage de Carmen. Et croyez-moi, je le répète, bien qu’à peine exagérées, ces situations peuvent exister. Bien sûr, tous les « seniors » ne sont pas comme ça, heureusement d’ailleurs. Cependant, en regardant bien, il y en a toujours un ou deux dans notre entourage… ou en passe de le devenir !

J’avoue aimer le personnage de Carmen, vieille teigne vivant dans une bicoque brinquebalante, n’ayant pour seule compagnie qu’un chat. Ceci dit, je l’apprécie à l’état virtuel, un peu comme la Tatie Danielle de Chatiliez. Et je ne peux m’empêcher de me dire que l’un ou l’autre ont dû s’inspirer de vieilles dames proches pour les décrire aussi bien.

 

Source image

©Fluide glacial édition 2014.

Une vie, tome 1 : Winston Smith (1903-1984) La biographie retrouvée – G. Martinez / C. Perrissin

Une_vie_Tome_1_Winston_Smith_1903_1984_La_biographie_retrouv

Je voudrais remercier, en premier lieu, Babelio, son opération Masse Critique ainsi que les Editions Futuropolis pour cette très agréable découverte.

J’avais été attirée par cet album car le nom de cet auteur anglais, Winston Smith, ne me disait absolument rien… en revanche, je le connaissais en tant que personnage de roman d’un écrivain connu. Cela ne vous parle pas ? Bizarrement, ses dates de naissance et de mort correspondent respectivement à la naissance de ce même écrivain et… au titre de son livre. Alors, coïncidence ou fausse biographie ? Je vous laisse le deviner.

J’ai aimé le graphisme de cette bande dessinée dans laquelle les moindres détails sont reproduits avec minutie. Le ton sépia donne à la fois une impression chaleureuse et cette idée de retour dans le passé. Et si le scénario n’est pas nouveau, il est traité avec originalité. En effet, plutôt que de nous présenter directement ce romancier anglais enfant, on plonge dans des souvenirs. Voilà une autre manière d’aborder le personnage. J’attends le 2ème tome avec impatience !

Notre Mère la Guerre (Tome 3) – Maël & Kris

nmlg 3

Mai 1917. Nous retrouvons le commandant Vialatte. Mais cette fois, il n’est pas là en tant que policier. Il fait partie de l’armée. Après la disparition des fameux gars qui étaient soupçonnés du meurtre des femmes, l’enquête était close. Vialatte s’était alors porté volontaire pour servir d’une autre façon sa patrie. Il appartient désormais à une unité spécialisée dans les chars, en première ligne. Blessé, il effectue sa convalescence dans un hôpital militaire. Mais voilà qu’il va devoir reprendre du service. Le capitaine Janvier – pardon, commandant, à présent – vient lui rendre une petite visite qui, on le devine, ne sera pas une simple visite de courtoisie. Il demande à Vialatte de reprendre l’enquête à zéro, d’autant plus que celui-ci est soupçonné…

Cet album privilégie, cette fois, non plus l’enquête mais les pensées et sentiments des soldats dont on ne parle jamais assez. Il nous montre comment sont perçus ces braves dans la société, notamment lorsqu’ils reviennent blessés ou pour une permission mais également comment ils ressentent, de leur côté, ce monde qui n’est plus le leur.

Encore un album très intéressant avec un message qui évolue au fil des pages.

nmlg planche

Notre Mère la Guerre (Tome 2) – Maël & Kris

NotreMere2

Doit-on considérer cette série comme historique ou policière ? C’est bien le genre policier qui prédomine, la Première Guerre Mondiale servant toujours de fond au scénario. Le lieutenant Vialatte, devenu vieux et sentant qu’il va mourir, raconte cet épisode particulier : les meurtres de plusieurs femmes et son enquête en plein combat. Dans ce deuxième tome, il est au cœur des tranchées, au cœur des attaques et des ripostes. Il l’était déjà à la fin du premier mais les choses se corsent. Une autre femme est tuée, Mathilde. Des noms se précisent…

On observera ici le nombre impressionnant de vignettes consacrées à la dureté des combats, aux corps se faisant faucher… Une fausse histoire, certes, mais une réalité dans le climat, dans l’horreur…

Bref, une excellente BD !

notre_mere_2_2