Le bouclier Arverne – Goscinny et Uderzo

Résultat de recherche d'images pour "Le bouclier Arverne"

 

Je continue le tour de mes origines avec cet album. César, qui veut faire un coup d’éclat, est à la recherche du bouclier que lui aurait remis à ses pieds Vercingétorix. De leur côté, nos gaulois partent en cure à Vichy. Pour Obélix ? Non mais quelle idée ! Pour Abraracourcix qui, ayant un peu abusé des festins, a un foie qui le fait souffrir. Mais Astérix et Obélix vont semer la zizanie dans le centre et le chef se verra obligé de leur demander de partir. Ils vont donc visiter la région et tombent, inévitablement, sur les romains. Ou plutôt, devrais-je dire avec l’accent arverne, « les romainches ».

Encore un grand moment !

Publicités

Astérix et les Normands – Goscinny et Uderzo

Résultat de recherche d'images pour "astérix et les normands"

 

Abraracourcix, le chef gaulois, reçoit une missive de son frère, Océanonix, afin d’accepter que son neveu, Goudurix, vienne faire un petit séjour afin de devenir un homme. La vie citadine « l’amollit ». Parallèlement, les normands, menés par Olaf Grossebaf, se désespèrent de leur côté car ils connaissent tout, absolument tout, sauf une chose : la peur. Ils décident alors de se mettre en route et d’aller voir des peuplades qui pourront la leur enseigner. Et devinez par où va commencer leur « voyage d’étude » ? Oh, juste par hasard… Chez nos amis les gaulois, bien sûr !

Je n’avais pas relu cette BD depuis des années et c’est comme si je la découvrais. Goscinny et Uderzo n’avaient pas leur pareil pour faire ressortir tous les traits de caractère ! Et ayant moi-même des origines normandes (mais pas que), je peux vous assurer que c’est à peine caricaturé !

Astérix chez les Bretons – Goscinny et Uderzo

Résultat de recherche d'images pour "asterix chez les bretons"

 

Jolitorax, le cousin breton d’Astérix, est envoyé en mission par le chef de son village afin de récupérer de la potion magique. En effet, ils sont ennuyés par les romains. Panoramix lui prépare donc le précieux breuvage dans un tonneau. Mais le breton est frêle et il serait dommage d’utiliser ladite potion pour transporter le tonneau. Qu’à cela ne tienne, son cousin aidé de son copain Obélix feront le voyage avec lui. Cependant, les romains, ayant eu vent de l’affaire, confisquent tous les tonneaux des auberges, dont celui de la potion, caché chez un ami aubergiste, Relax. Il va falloir tout mettre en œuvre pour le retrouver.

J’ai adoré cette BD lorsque je l’ai lue étant gamine, je l’ai tout autant appréciée en la relisant aujourd’hui. Tout y est : le flegme britannique, la météo, le décor, les paysages… On s’y croirait !

Je ne sais pas pour vous mais moi, lorsque je lis un épisode du petit Gaulois, je retombe en enfance, le sourire jusqu’aux oreilles !

Le journal d’Henriette (tome 1 et 2) – Dupuy / Berberian

Résultat de recherche d'images pour "Le journal d’Henriette (tome 1 et 2) – Dupuy / Berberian"Résultat de recherche d'images pour "Le journal d’Henriette (tome 1 et 2) – Dupuy / Berberian"

Source couvertures : Bedetheque.com

Henriette est une collégienne mal dans sa peau. « Une petite grosse » comme elle se définit. Mais elle a du caractère et essaie de s’imposer face à ses parents, ses profs, le monde entier… Elle a une sensibilité à fleur de peau et aimerait être écrivaine. Mais personne ne la comprend…

Henriette m’a fait penser à Mafalda de Quino. Mais chez la petite espagnole, point de complexe (ou je ne m’en souviens pas) alors que dans ces deux albums, c’est tout de même ce qu’il ressort. Ah, si cela pouvait faire en sorte que le regard des gens ne s’arrête pas à une enveloppe physique !

Docteur Ventouse, bobologue – Claire Bretécher (tome 1 et 2)

Résultat de recherche d'images pour "Docteur Ventouse, bobologue – Claire Bretécher (tome 1 et 2)"Résultat de recherche d'images pour "Docteur Ventouse, bobologue – Claire Bretécher (tome 1 et 2)"

Je connaissais « Agrippine » de Bretécher mais je ne connaissais pas ce docteur Ventouse. On est dans la même veine ! J’adore ce docteur mais j’adore par-dessus tout sa secrétaire médicale, France-Constance, fiancée au grand couillon bourgeois Jean-Damien, qui l’appelle son « poussin-chou ». Mention spéciale à la tante de ce fils à papa, Blandine, qui ne l’envoie pas dire et qui a un vocabulaire bien à elle. Son passe-temps favori ? Embêter sa famille.

Cette BD m’a fait penser à « Fleur de Cactus » avec cette secrétaire qui en connaît bien plus sur le docteur qu’il ne veut l’avouer. Un docteur très humain d’ailleurs, au vocabulaire franc et aux attitudes très humaines (je veux dire par là qu’il lui arrive d’être malade ou bloqué du dos par exemple… On a toujours l’impression que les toubibs sont des surhommes à qui il n’arrive jamais rien). Mais un docteur dont les prouesses sont tout de même à démontrer.

On retrouve bien évidemment la patte de l’humour de Bretécher. Vous êtes encore là ? Tiens, mais pourquoi sont-ils tous partis voir leurs médecins ?

 

(Source couvertures : Bedetheque.com)

Les leçons du Professeur Bourremou – Boucq / Christin

Résultat de recherche d'images pour "Les leçons du Professeur Bourremou – Boucq / Christin"

 

Cette BD des albums de Fluide Glacial se présente sous la forme de leçons pédagogiques. Le Professeur Bourremou rencontre un jeune garçon qui est en train de faire une fugue. Il va se charger de lui apprendre certaines choses de la vie. Qui est ce professeur ? On n’en sait pas plus sur la question si ce n’est que c’est un sacré roublard.

Ce type de dessin n’est pas ma tasse de thé. Pourtant cette Bd m’a plu. Chaque leçon est agrémentée, à la fin, d’un petit questionnaire bourré d’humour à la façon des manuels scolaires. Les leçons dites pédagogiques se transforment vite en escroquerie organisée !

Une petite BD à recommander !

Résultat de recherche d'images pour "Les leçons du Professeur Bourremou – Boucq / Christin"

Source couverture et planche : bedetheque.com

Astérix et la Transitalique – Conrad / Ferri

Image associée

Le retour en force du petit gaulois et de son comparse (non, je n’ai pas dit « gros ») me met toujours en joie et j’ai foncé chez mon libraire préféré pour me le procurer (pour la petite anecdote, j’y étais même allée la veille, n’ayant pas bien imprimé la date dans mon cerveau rabougri).

Je le maintiens, ces derniers albums permettent de retrouver le plaisir que j’avais à lire les premiers Astérix. Les jeux de mots, les références, l’humour… tout est là pour faire passer un bon moment.

Allez, calez-vous bien dans votre fauteuil et préparez-vous à une course effrénée dans laquelle tous les coups seront permis !