Le cimetière du Bois Belleau

Il n’y a pas un jour particulier pour penser à eux, je veux parler de nos soldats tombés pour la Patrie. On doit y penser tout le temps… Mais quand même, en ce 11 novembre, je tenais comme beaucoup d’entre nous à leur rendre hommage.

Il y a un mois ou presque, le dimanche 14 octobre 2018, je suis retournée visiter le cimetière américain du Bois Belleau. Je l’avais visité une première fois en février 2008 mais je n’avais plus les photos, ma clé USB ayant flanché.

 

IMG_0842'IMG_0876'IMG_0852'IMG_0856'IMG_0865'IMG_0859'IMG_0868'IMG_0853'IMG_0909'IMG_0910'IMG_0925'IMG_0924'IMG_0829'IMG_0926'IMG_0944'

Photos ©L.B

Publicités

Ma semaine en petits plats

Je sais que certaines l’attendent en frétillant d’impatience… mais je fais des journées de dingue en ce moment !

Allez, je ne vous fais pas attendre.

 

Pâtes à la crème et aux lardons

IMG_20181029_200749

 

 

Cassoulet maison avec des manchons de canard confits et des saucisses.

IMG_20181030_200249

 

 

Hampe avec une fondue d’échalotes et pâtes aux carottes et aux olives.

IMG_20181031_205348 (1)

 

 

Filet mignon aux oignons et au comté et petits pois au chorizo. En dessert, une petite salade de fruits (clémentine, ananas, banane)

IMG_20181101_201032IMG_20181101_205839

 

 

Lasagnes aux épinards et au saumon

IMG_20181028_175209IMG_20181028_180046

Tucker et Dale fightent le mal – Eli Craig

images

Si vous avez besoin de rire en ce moment, regardez ce film sorti en 2014 ! J’ai souri et ri du début à la fin.

Tucker et Dale sont deux amis un peu fauchés, pas très finauds, veulent passer leurs vacances à pêcher, boire des bières… bref, à ne pas se prendre la tête. Ils achètent une cabane (délabrée) dans les bois. L’histoire se corse lorsqu’un groupe d’étudiants vient camper à proximité. L’une d’entre eux tombe à l’eau et est repêchée par les deux compères. Mais, de loin, les étudiants pensent qu’il s’agit d’un kidnapping. Vont alors s’enchaîner les malentendus… et les morts. Mais pas forcément comme on s’y attend !

Ce film est une parodie des films d’horreur/épouvante du type Massacre à la tronçonneuse. Il y avait déjà Scary Movie (sorti en 2000) mais ici, les quiproquo et les rôles inversés donnent une autre dimension au film.

Mais si vous saviez…

Eh oh ! Y’a quelqu’un ? Nom d’une croquette, ça tangue un peu ! Faut que je vous raconte…

IMG_20181030_155809

 

Ah, voilà, je suis stable ! Alors, je vous raconte : hier soir, ma maîtresse m’a retiré ma gamelle. Damned, plus rien à se mettre sous la canine ! J’ai eu beau fureter toute la nuit, rien de rien. Ce matin, j’espérais que la gamelle allait réapparaitre mais rien de rien… Alors en attendant, j’ai joué. Que faire d’autre, hein ? Si, j’ai fait des gros câlins aussi. Soudain, j’ai été mis dans mon panier de transport et embarqué dans la voiture. Je croyais qu’on partait en vacances mais j’ai vite compris qu’il n’en était rien lorsqu’on s’est arrêté devant le toubib pour félins.

Mais si vous saviez ce que l’on m’a fait ! On a touché à mon anatomie… Je me sens beaucoup moins viril tout-à-coup. D’ailleurs, je préfère tout cacher avec ma queue. Non, vous ne verrez absolument rien ! Nan mais oh !

IMG_20181030_160817

 

Le seul réconfort que j’ai trouvé à tout ceci, c’est de revoir ma gamelle. Mais ma maîtresse a été radine. Pourquoi n’ai-je pas le droit de manger ma dose habituelle ? Elle fait des économies ou quoi ? Enfin, je m’en contente et en attendant, je me léchouille les babines. Il paraît que j’aurai droit au reste de ma ration ce soir.

IMG_20181030_161055

Je vous laisse, je vais me remettre de mes émotions en dormant !

Chalut les amis ! A plus ! patte-de-chat

Max

 

 

Nouvelles de l’au-d’ici – Yann Venner

image (1)

 

Quatrième de couverture : 

Seize nouvelles oscillant entre plusieurs genres : réaliste, fantastique, poétique, épique, humoristique, surréaliste. L’auteur se promène à la lisière des mots avec des phrases qui s’agitent dans ce livre « comme les feuilles dans une forêt ; toutes dissemblables en leur ressemblance », nous souffle Flaubert.

Jouer avec le matériau verbal et nous entraîner vers des chemins de traverse pour mieux appréhender nos réalités : voilà le but de ces « NOUVELLES DE L’AU-D’ICI ». Méfions-nous, car le réel est peut-être une ruse de l’imaginaire.

 

Mon avis :

Je connaissais Yann Venner en tant qu’écrivain de polars situés dans sa chère Bretagne, mais pas en tant que nouvelliste. Et si j’aimais déjà les trois romans aux titres évocateurs (Cocktail cruel ; Les coccinelles du diable ; Les chevaliers de la dune), je dois bien avouer que je le préfère largement dans des textes courts faisant la part belle aux références. J’y ai retrouvé du Tardieu par le jeu sur les mots, du Maupassant, du Marcel Aymé et bien d’autres encore… J’ai joué à les reconnaître. Tenez, ce passage, tiré de « Rêve de chien » ne vous dit-il pas quelque chose  ?

« Ce matin-là, à l’heure où l’épeire des champs tisse sa fine toile, l’ouvrier Marcel Kébir ouvrit ses volets sur un monde en déliquescence. Il pleuvait encore sur Brest (…) » (P39).

Non ? Eh bien moi, ça me rappelle Hugo (« à l’heure où blanchit la campagne »), Barbara (« il pleut sur Nantes ») et l’attaque de Mers El-Kébir. Non pas que l’histoire en parle – il s’agit là d’un homme qui se pense trompé et qui décide de tuer sa femme -, mais on voit bien que Yann Venner s’amuse avec le langage. On le remarque déjà avec le titre, me direz-vous.

Ah, il y a aussi d’autres indices qui font que l’on reconnaît « la patte » de l’écrivain : le côté breton tout d’abord et le côté polar ensuite.

Bref, j’ai pris autant de plaisir à lire ces nouvelles qu’à lire du Queneau ou du Tardieu. Et croyez-moi, lorsque je cite ces deux références, c’est que la lecture me fut vraiment agréable !

 

 

 

Ma semaine en petits plats…

IMG_20181021_201815
Rognons sauce madère et riz

 

IMG_20181023_121130
Œufs sur le plat

 

IMG_20181022_201303
Pâtes farcies

 

soupe butternut
velouté de butternut

 

IMG_20181023_202406
poulet fumé, légumes de saison et semoule

 

IMG_20181025_153633
soupe de légumes au poulet

 

IMG_20181025_201916
Fish and chips

 

IMG_20181026_200551
Hamburger pancetta / chèvre

 

IMG_20181027_182348
Tartiflette avant cuisson

 

IMG_20181027_201636
tartiflette après cuisson

 

IMG_20181028_143428
Flan parisien à la vanille et à l’orange

 

Merci, Miyuki ! – Roxane Marie Galliez et Seng Soun Ratanavanh

137896_couverture_Hres_0

Mais que cet album fait du bien après avoir lu un livre assez lourd en émotions ! Je risque de ne pas être très objective car je suis une fan inconditionnelle des écrits de Roxane Marie Galliez et j’apprécie vraiment Miyuki, cette petite fille si bien illustrée par Seng Soun Ratanavanh.

Ce petit personnage, comme tous les jeunes enfants, est curieux et pose mille questions à son papy qui est d’une patience d’ange. Cette fois, lorsqu’elle le voit méditer, elle veut en faire autant. Mais comment faire comprendre cette pratique à sa petite-fille ? C’est ce que vous découvrirez en lisant cet album…

Je suis ressortie de ma lecture plus zen qu’avant de l’avoir commencée. Les couleurs pastels sont apaisantes, de même que les dessins, facilement compréhensibles pour les jeunes lecteurs et charmants pour les yeux des plus vieux. J’ai reconnu dans le texte des thèmes chers à Roxane, thèmes qu’elle met toujours en valeur avec le talent qu’on lui connaît.

Alors, si vous êtes stressé(e), fatigué(e) ou que vous avez juste envie d’une lecture douillette, n’hésitez pas !