Billet épinglé : Liens pour le challenge des textes courts…

Bon, je laisse ce billet épinglé car certains me demandent où mettre les liens pour le challenge. J’ai fait un billet exprès : cliquez ici. Je rappelle que vous pouvez y accéder soit en cliquant sur le logo en bas de mon blog, soit dans le billet récapitulatif noté dans le menu.

Phantasm – Don Coscarelli

Je déclare ouverte la saison des films d’horreur ! Je ne connaissais pas celui-ci, sorti en 1979, mais je me demande encore pourquoi il n’a pas été plus plébiscité à l’époque. Il a obtenu le prix spécial du jury au Festival international du film fantastique d’Avoriaz mais on parle beaucoup plus de Vendredi 13 (1980) que de ce film.  

Je n’ai pas été déçue… à tel point que j’en ai même fait des cauchemars. C’est le risque et j’assume pleinement ! 😄

Quelle est donc l’histoire ? Un adolescent, Mike, assiste en cachette à l’enterrement de son père. En effet, son frère, Jody, seul membre de la famille qu’il lui reste, n’a pas voulu qu’il vienne, le considérant comme bien trop jeune. Cependant, Mike se rend compte qu’un grand homme des pompes funèbres soulève le cercueil à lui tout seul, le remet dans le fourgon et part avec. Intrigué, il décide de le suivre et découvre qu’il se trame bien des choses dans cette entreprise funéraire se trouvant au fond du cimetière.

Inutile de vous dire que l’atmosphère est angoissante ! Tout y est ! Le cimetière, le brouillard, les apparitions, les effets surnaturels, le bruitage… Bref, j’ai eu des frissons et le final m’a fichu une grande claque ! Si vous aussi vous allez avoir peur, n’hésitez pas !

Astérix et le Griffon – Conrad et Ferri

Aussitôt sorti, aussitôt acheté ! Oui, en tant que fan d’Astérix, je ne pouvais pas attendre ! D’autant plus que je trouve que depuis que Conrad et Ferri sont aux manettes, les albums du petit gaulois ont une autre envergure que ceux dirigés par Uderzo seul.

Nos deux amis vont aller, en compagnie d’Idéfix et de Panoramix, en terre Sarmate. Ils vont y découvrir un peuple dont les guerrières sont des femmes. Les hommes restent dans le camp, élèvent les enfants. Cela tombe bien dans une période où les féministes sont vent debout, allez-vous me dire. Pourtant, ce peuple a bien existé et même s’ils ne vivaient peut-être pas comme dans cet album, il n’en reste pas moins que les hommes et les femmes semblaient être égaux selon les textes antiques. Le mythe des Amazones vient de ce peuple, ce qui apporte à l’idée des femmes guerrières une certaine vraisemblance. Quant au Griffon, non, il ne s’agit pas d’un chien qui serait le nouvel ami d’Idéfix mais bien d’un animal mythologique qui serait le gardien d’un trésor. Cet album fait donc la part belle à l’Histoire.

J’ai aimé ce nouvel opus mais j’émets quand même quelques réserves : la lettre E inversée, pour retranscrire le langage des Sarmates devient difficile à lire au bout d’un certain temps, c’est la première chose qui m’a dérangée. Ensuite, j’ai trouvé cette aventure moins dynamique que les autres. La fin arrive trop vite, sans conclure véritablement le scénario. Enfin, les calembours, qui, d’habitude, ponctuent les planches ne sont pas nombreux. Mais cela vient peut-être du fait que certains trouvaient qu’il y en avait trop. Ce ne sont que quelques réserves. J’ai quand même passé un bon moment à lire cet album et j’attends le prochain avec impatience.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Challenge Les textes courts. 

Genre : BD

Auteur : Didier Conrad & Jean-Yves Ferri

Pays : France

Nombre de pages : 48 pages 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mon-challenge.png

Goussainville Vieux Pays

Bonjour à tous ! Ce blog est resté bien longtemps sans billets. J’ai quelques jours de congés, je vais pouvoir revenir un peu parmi vous.

En attendant, je vous fais partager la balade de cet après-midi, au vieux village de Goussainville, dit aussi « Vieux pays » ou « le village fantôme ». Lorsque l’aéroport de Roissy a ouvert, le village se trouvait dans l’axe d’une des pistes. Aéroport de Paris proposa aux habitants de racheter leurs maisons. Ainsi, sur les 1000 habitants, 350 décidèrent de rester. Les maisons ne purent pas être rasées car l’église est classée. Elles sont donc murées, ce qui donne une atmosphère assez particulière à ce lieu où il reste quand même un peu de monde. Il y a d’ailleurs une école toujours en fonctionnement, un garage au bout du village. La vie continue ! Ils ont bien raison, ces irréductibles gaulois… pardon, goussainvillois !

C’est la 3ème ou 4ème fois que j’y vais et je ne m’en lasse pas. Bonne balade (cliquez sur les photos) !

Les défis du 20 : Lettre U

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image.png

Ce mois-ci, c’est Florence qui nous propose les mots en U : Univers et Utopie.

Serait-ce une utopie de se dire que nous connaitrons un jour tout l’univers ? Je le crains. En tous les cas, mon univers, ce sont les livres. Et je peux vous dire qu’il me faudrait dix vies au moins pour arriver à lire tous ceux qui patientent dans ma liseuse ou sur mes étagères ! Et ça, ce n’est pas une utopie ! 😉

Des nouvelles…

Salut les ch’amis !

Je profite que ma maîtresse soit en train de travailler pour lui piquer le clavier. Elle me dit de vous dire qu’elle va bien mais on s’en fout, non ? Oui, on s’en fout puisque c’est MON billet, pas le sien ! Figurez-vous que mes z’humains rentrent tard, me laissent seul toute la journée (euh, 16h30, c’est tard, non ?). Je n’étais plus habitué moi, mais il paraît qu’avant, c’était les vacances, c’est pour ça qu’ils étaient avec moi. Quand ma maîtresse rentre, je lui fais plein de gros câlins (faut pas se leurrer, c’est pour avoir à manger) et je vais ensuite sur elle (les températures diminuent, je cherche la chaleur). D’ailleurs, comme vous pouvez le constater sur la photo, je passe mon temps dans ma résidence secondaire. Mon humaine m’avait acheté cette panière lorsque je suis arrivé chez elle, en 2018. Mais je n’y avais jamais mis un coussinet ! Quelle erreur ! Elle est toute douce à l’intérieur et bien chaude. Si vous me cherchez, vous savez où je suis !

Max