Un dimanche en cuisine

Je triche un peu aujourd’hui : c’est mon anniversaire donc repos ! Mais je vous mets une recette que j’ai faite dans la semaine, une recette régionale donnée par une de mes collègues : le Testin (non pas l’intestin ! 😂).

Alors, qu’est-ce que c’est que cette bête-là ? Un plat à base de courgettes et de riz ! Avouez que vous avez eu peur !

Les ingrédients pour 4 personnes 🍲: 4 courgettes, 2 gousses d’ail, 1 oignon, 1 verre de riz, 3/4 de litre de bouillon, 25 cl de crème fraîche liquide, 100 g de gruyère râpé, 2 oeufs, sel et poivre à votre convenance.

Coupez les courgettes en fines tranches et faites les revenir dans une poêle avec l’oignon ciselé et l’ail finement haché. Quand les courgettes sont presque cuites, versez le verre de riz, remuez et mettez du bouillon au fur et à mesure de manière à ce que le riz cuise à la manière d’un risotto. Dans un bol, battez les oeufs avec la crème fraîche. Eteignez le feu sous la poêle et versez cette préparation dessus. Ajoutez le gruyère et remuez bien le tout. Mettez dans un plat qui va au four et laissez cuire 30 à 40 mn à 180°. C’est prêt !

Vous pouvez utiliser ce plat comme plat complet (on peut y ajouter des lardons) ou comme accompagnement. Personnellement, je l’ai mis ce jour-là en accompagnement d’un magret de canard.

Marlock Brave – Katia Verba

Quatrième de couverture :

BRAVE vient d’intégrer l’agence de détectives privés « La Souricière ». On va lui confier sa première enquête au sein du cabinet. Marlock est aux anges, il s’en frise les moustaches… Quel panache ! Notre valeureux détective doit libérer la première danseuse du prestigieux « Cabaret Minette », Soussou la souris, qui a été enlevée. La prisonnière , capricieuse à souhait, va se montrer particulièrement récalcitrante. Marlock ne sait pas qu’il va se confronter à d’intrépides voyous prénommés Gringo et Galopin. Pour l’aider dans sa mission, il fera appel à un perroquet très loquace, Bla-Bla, qui a dû tomber dans un pot de peinture à la naissance, ainsi qu’au redoutable chien policier Rambo, un teckel, grand spécialiste pour pister et déloger les blaireaux de leurs terriers. L’enquête ne va pas être de tout repos.

Mon avis :

Je me fais toujours une joie de lire les oeuvres de Katia Verba, que ce soit des romans, des pièces de théâtre… Là, il ne s’agit pas de cela mais d’un roman jeunesse. Comme quoi, Katia en a décidément sous la plume ! Et… c’est génial ! Je me suis régalée ! Ce livre peut se lire de 7 à 77 ans sans aucun problème. Je suis pourtant difficile lorsque je lis des romans pour les jeunes. Je n’aime pas les textes mièvres ou ceux qui cèdent à la facilité. J’ai en tête notamment le fait que l’on ait retiré les passés-simples d’une certaine collection. Je crois qu’on n’a pas compris qu’au-delà de la lecture plaisir, les jeunes enregistrent aussi, inconsciemment, l’orthographe, la grammaire, la syntaxe… Mais pardon, je m’égare. Déformation professionnelle !

J’en reviens donc à ce livre qui, justement, est parfait pour les enfants car l’histoire est bien écrite, pas mièvre du tout, l’enquête bien ficelée. Les personnages ont du caractère. J’ai adoré cette petite peste de Soussou, même si j’avais envie, parfois, de lui coller deux claques sur le museau. Cerise sur le gâteau, Marlock étant en Angleterre, les enfants apprennent quelques rudiments de la langue de Shakespeare. C’est vraiment bien trouvé ! J’ai vraiment apprécié les péripéties qui s’enchaînent et qui conviennent parfaitement à un jeune lecteur (et moins jeune, hein !).

Que dire de plus si ce n’est que la couverture est superbe et que les illustrations sont un petit plaisir à chaque page… bref, c’est vraiment une petite pépite ! Je l’ai dévoré et je n’ai pas honte de dire que l’espace de ma lecture, mon coeur de petite fille battait la chamade pour la petite souris, espérant une fin heureuse.

N’hésitez surtout pas à lire ce roman ou à l’offrir à des enfants ou à des adolescents. Une idée de cadeau pour Noël (vous pouvez cliquer sur ce lien pour de plus amples renseignements) !

Un dimanche en cuisine

Alors, que mange t-on aujourd’hui ? C’est dimanche, on va se faire plaisir. Donc on va se faire des hamburgers et un gâteau aux pommes.

Hamburgers

Je ne vais pas vous expliquer comment faire des hamburgers, chacun y mettant ce qu’il veut, mais comment faire le pain pour ces derniers. Il vous faut, pour 3 ou 4 hamburgers (3 gros ou 4 petits) : 250g de farine, 1 oeuf, 13 cl de lait, 15 g de beurre, 1/2 cuillère à café de sel, 1/2 cuillère à café de sucre, 1/2 sachet de levure de boulangerie. Attention à ce que cette dernière ne touche pas le sel car vous auriez des pains raplaplas ! Le sel tue la levure. En revanche, le sucre la fait réagir. Allez hop, on met tout ça dans un saladier, on malaxe bien le tout jusqu’à temps que la pâte ne colle plus aux doigts (c’est assez rapide. Vous pouvez rajouter un peu de farine si ça colle). On forme une belle boule, on met un torchon par dessus et on laisse reposer une bonne heure. Au bout du temps imparti, dégazer la pâte en appuyant bien dessus, étalez-la en prenant soin de conserver une bonne épaisseur et à l’aide d’un emporte-pièces rond ou d’un verre assez grand, façonnez vos pains. Mettez-les sur une plaque allant au four. On remet le torchon par-dessus et on laisse reposer de nouveau une heure. Normalement, vous devez avoir, au bout d’une heure, de beaux pains ronds bien levés. Préchauffez votre four à 200°. Mettez un bol d’eau soit à côté des pains, soit sur une grille sous la plaque et enfournez les pains après les avoir un peu humidifiés sur le dessus. 20 mn plus tard, vous devriez avoir une délicieuse odeur de pain brioché dans votre cuisine ! 😉

Gâteau aux pommes

Rien de plus facile ! Si, comme moi, vous avez un robot, vous mettez tous les ingrédients en une seule fois, on fait tourner, on ajoute les morceaux de pommes, on refait un petit tour et basta ! Ça prend 5 mn, allez 10 mn si je compte la vaisselle ! 😂 Sinon, on prend son saladier, on bat d’abord les oeufs avec le sucre et on incorpore ensuite le reste des ingrédients peu à peu en commençant par la farine.

Les ingrédients : une pomme coupée en morceaux, 150g de farine, 80 g de sucre, 3 oeufs, 80g de beurre, 1/2 sachet de levure, du rhum, 15cl de jus d’orange (on peut remplacer par du lait).

Au four à 200° pendant 30 mn. Et voilà !

À nos membres fantômes – Sara Dombret

Quatrième de couverture :

Catherine, la famille c’est pas trop son truc. Architecte, célibataire. Une vie bien ordonnée. Elle n’aime pas trop être dérangée.

Pas de chance, son cousin Emeric a décidé de s’en mêler. Il prétend avoir besoin d’un architecte pour rénover la maison familiale où il habite avec sa mère. Catherine n’a aucune envie de gérer leur chantier. Pourtant, elle va devoir s’en charger.

À l’occasion des travaux, elle découvre la cave. Trop petite. Et dans cette cave, une vieille photo. Celle d’une femme qu’elle ne connait pas et qui porte la même tache de naissance qu’elle. Découvrir qui elle est devient une obsession. 

Les secrets sont faits pour être découverts. Parce que la famille, c’est comme un bras amputé qu’on continue de sentir longtemps après qu’il ait disparu. Ce passé, même ignoré, même s’il ne nous appartient pas, même s’il est mort depuis longtemps, il traverse les corps. 

Enfin, je suppose. J’en sais rien. Personne sait vraiment.Ce que je sais, c’est que toutes les familles ont leurs fautes. Et que les miennes irritent le sang de Catherine. C’est pour ça que je suis revenue.

Mon avis :

J’ai été attirée par la couverture et par la quatrième de couverture, un peu énigmatique. De même que le titre, par ailleurs. Les membres fantômes… seraient-ce des gens décédés ? Ou l’appellation médicale lorsqu’on a été amputé et qu’on ressent toujours une douleur ? Une métaphore ? J’étais très curieuse de pouvoir lire ce roman et je remercie Babelio, les Éditions Névrosée (j’adore !) et Sara Dombret pour cet agréable moment de lecture.

Je ne suis pas entrée dans le livre de suite. Les premières 40 pages m’ont plutôt surprise. Je pense que c’est par rapport au style. Et puis, au bout de ces 40 pages, j’ai adhéré. Et heureusement ! Car j’ai compris par la suite que ce style simple, drôle parfois, ou cru servait l’histoire. Et finalement, j’ai adoré et je vous recommande cette lecture surtout, si, comme moi, vous aimez les enquêtes. Celle-ci est d’autant plus particulière que le narrateur est… un fantôme ! Tiens, c’est dommage, j’aurais dû publier cette critique pour Halloween !

Un dimanche en cuisine

Aujourd’hui, on mange asiatique : porc au caramel et riz cantonais.

Porc au caramel

Cette fois, j’avais pris les restes de mon rôti de 7h que j’avais congelés. Mais on peut prendre du sauté de porc ou même une côtelette dans l’échine (plus tendre)… Faire cuire le porc. Préparer un bouillon. J’ai mis deux bouillons de poule (les petites marmites) dans I/2 litre d’eau. J’y ai ajouté 5 cuillères à soupe de soja. On peut aussi y mettre du gingembre. J’ai ensuite préparé un caramel basique et lorsque celui-ci a été prêt, j’y ai versé le bouillon dedans. Il faut bien remuer car le caramel a tendance à durcir. Puis j’y ai rajouté la viande et j’ai fait cuire le tout 5 mn.

Riz cantonais

Faire cuire du riz. Pendant ce temps, battre 2 oeufs. Faire fondre du beurre dans une casserole. Versez les oeufs battus et faire cuire comme des oeufs brouillés en détachant bien de petits morceaux. Verser ensuite une petite boîte de petits pois. Couper des tranches de jambon en petits morceaux et ajouter à la préparation. Lorsque le riz est cuit, mélanger le tout. Verser dans un bol. Ajouter de la sauce soja.