La Maison Bataille – Olivier Szulzynger

La maison bataille

Quatrième de couverture :

«Les enfants des paysans envahissent les villes, qui doivent faire face à la plus formidable vague d’immigration de leur ­histoire ? des dizaines de fois plus importante que celle des ­réfugiés, dont l’arrivée occupe aujourd’hui les gros titres des ­journaux. Ces exilés ont laissé derrière eux des ­millions de maisons vides, dont certaines deviennent des maisons ­secondaires, afin de permettre aux nouveaux citadins de croire qu’ils ont toujours un lien avec la terre, avec l’existence d’autre­fois ; lien purement imaginaire, Frédéric en a la conviction. Cependant, c’est vers l’une d’elles qu’il a choisi de rouler…»
Frédéric Bataille, jeune compositeur, vient s’établir dans la maison familiale de Camporeils, dans les Pyrénées catalanes. L’occasion de se plonger dans l’histoire de sa famille. L’amertume de Louis, les regrets de Jeanne, la jalousie maladive de Marie, ne sont-ils pas autant de symptômes de la « malédiction des Bataille » que le grand-père croyait avoir rompue en permettant aux siens d’échapper à la condition de paysans ? Dans ce premier roman, Olivier Szulzynger s’interroge : peut-on se soustraire aux malentendus et névroses qui structurent une histoire familiale et la constituent en ­destin ?

Mon avis :

Ce livre est une petite madeleine de Proust pour moi. J’ai vécu 30 ans dans la région décrite, d’où le fait que je tenais absolument à le lire. Je remercie d’ailleurs Babelio et son opération Masse Critique, ainsi que les Éditions de l’Aube pour cette découverte. Ajoutons également à ceci que j’apprécie particulièrement les romans de terroir et vous avez la recette d’un livre qui ne pouvait que me plaire.

La saga des maisons familiales est souvent âpre : soit chacun veut sa part sans rien faire, soit il y a la vente et, avec cette dernière, l’envol de tous les souvenirs d’enfance. On revit, grâce à ce roman, l’histoire fictive de cette maison associée à l’Histoire (avec un grand H cette fois). Et cela fait écho en moi car c’est l’histoire de la maison familiale paternelle (mais j’étais trop jeune, lorsqu’elle a été vendue, pour m’en souvenir vraiment) et, plus récemment, celle de ma belle-famille… Une petite maison dans les Cévennes, l’Histoire sans cesse apprise dans les cartes postales et les photos des ancêtres (notamment la Première Guerre Mondiale)… et sa vente soudaine, brutale, par l’héritière qui ne l’avait jamais aimée et qui préférait s’en débarrasser… Bien entendu, il y a des histoires bien plus heureuses mais ce n’est pas le cas dans ce livre.

J’ai aimé ce roman pour toutes ces raisons. L’auteur, Olivier Szulzynger, met en relief avec précision les liens familiaux, les déchirures, les non-dits et les névroses qui peuvent amener au pire.

Extrait :

La maison est ramassée sur elle-même. La façade est en pierres sèches. Il n’y a pas d’ouverture au rez-de-chaussée, et seulement une rangée de quatre fenêtres au premier et au deuxième étage. Les fenêtres, étroites comme des meurtrières, sont fermées par des volets verts en bois. La peinture s’écaille. Le noir rouille des ardoises contraste avec le gris jaunâtre du mur. Pierres contre pierres. Minéral.
Cette maison est semblable à toutes celles du village. Banale. Pourquoi a-t-elle suscité autant de passion ? C’est le nid des Bataille. Ils y habitent depuis des siècles. D’innombrables générations de paysans s’y sont succédé. Mais Frédéric ne ressent aucun frisson en glissant la clé dans la serrure de la porte en bois.
Cliquetis de ferraille rouillée. (P47)

tous les livres sur Babelio.com
Publicités

4 réflexions sur “La Maison Bataille – Olivier Szulzynger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s