La main à couper – Étienne Périer

...la main à couper

Oui, en ce moment, je me délecte des films avec Bernard Blier, Michel Serrault et Michel Bouquet. Et ce petit film qui était complètement passé à la trappe est ressorti de nos piles de VHS avec plaisir.

Hélène Noblet (Lea Massari) vit une existence tranquille avec son mari médecin (Michel Bouquet), ses deux enfants et le magasin d’antiquités dont elle s’occupe avec une amie. Un quotidien paisible en apparence mais qui ne l’est pas tant que ça. En effet, Hélène a un amant, Philippe, bien plus jeune qu’elle puisqu’il s’agit d’un ami de son fils. Tout bascule le jour où elle le retrouve mort. Dans l’affolement, elle aperçoit quand même un petit carnet de téléphone qui pourrait la compromettre puisque son nom y est inscrit ; ce même jour, on lui vole sa voiture et, le lendemain, le carnet. De plus, elle est suivie et doit faire face à un maitre-chanteur, Henricot (Michel Serrault). Elle se demande si son mari, qui tient des propos pouvant avoir un lien avec le meurtre, n’est pas dans la combine.

Ce film est un petit bijou ! Noir à souhait, avec un Michel Bouquet rusé et sournois à l’extrême, un suspense de bout en bout jouant sur la psychologie… Bref, à voir et à revoir !